Stade du vélodrome de Marseille
Stade du vélodrome de Marseille © Radio France

Le20 mai 1993 , à la mi-temps du match Valenciennes-OM, un joueur craque et se confie face aux caméras : on a essayé de l’acheter lui et deux autres co-équipiers pour qu’ils « lèvent le pied » durant le match… Parmi les commentateurs présent dans le stade, tous restent dubitatifs, personne ne veut croire que l’équipe de l’Olympique de Marseille, meilleure équipe du championnat, alors à quelques jours de jouer la finale de la prestigieuse Ligue des Champions, ait pu se livrer à de telles pratiques… et surtout pourquoi ? Pourquoi le faire, face à une équipe beaucoup plus faible qu’elle? Pour le public, cela n’a pas de sens !

A la ligue nationale de football, on ne veut pas laisser planer le doute sur ces accusations , son président, attaché à l’éthique, lancera dans les jours qui suivront la victoire de l’OM en coupe d’Europe, de premières investigations… Investigations fructueuses qui aboutiront au dépôt d’une plainte, plainte qui déclenchera le début d’un processus judiciaire rocambolesque illustré par le bras de fer entre deux hommes :

  • le procureur de la république de Valenciennes, Eric de Montgolfier , l’homme du respect de la loi.

  • le très médiatique président de l’OM, Bernard Tapie , l’homme pour qui le seul respect est celui de l’argent.

Deux ans plus tard, ces démêlées aboutiront à un procès durant lequel la main de la justice sera lourde et tranchera en faveur du monde du sport face au nauséabond monde de l’argent

Pour aller plus loin que les faits, nous recevrons en seconde partie d’émission , celui qui aura été un témoin et un acteur clé dans toute cette affaire : il s’agit de l’ancien procureur de la république de Valenciennes, Eric de Montgolfier… il sera avec nous en duplex depuis les studios France Bleu d’Avignon.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.