1er septembre 2004 en Russie, c’est la rentrée scolaire. Mais ce jour-là, le pays va subir l’un des moments les plus douloureux de son histoire. Durant trois jours, les Russes et le monde entier vivent au rythme d’une prise d’otages dans une école de la petite ville de Beslan, dans le Caucase, en Ossétie du Nord.

Ecole de Beslan, 3 septembre 2004, tentative de sauvetage par les forces spéciales russes.
Ecole de Beslan, 3 septembre 2004, tentative de sauvetage par les forces spéciales russes. © AFP / YURI TUTOV

Orchestrée par des séparatistes tchétchènes, elle se solde par un bilan catastrophique : 334 morts dont 186 enfants. Trois jours durant, le Kremlin, Vladimir Poutine à sa tête, constate en direct l’échec de sa politique antiterroriste. Mais quelle est la responsabilité de la Russie dans l’issue dramatique de cette prise d’otages ? Poutine a-t-il sciemment minimisé l’événement pour ne pas avoir à négocier avec les Tchétchènes ? Malgré les efforts des familles de Beslan pour comprendre la mort de leurs enfants, de nombreuses zones d’ombre persistent. 

Un récit documentaire de Romain Weber 

Invitée : 

Florence Schaal, ancienne grand reporter pour TF1 à Beslan, auteure de Jamais je n'oublierai Beslan, chronique d'une correspondante à Moscou,chez Jean-Claude Lattès (2005) 

Programmation musicale : 

  • U2 : The troubles (2014)
  • Nostalgia 77 : Seven Nation Army (2004)
  • Woodkid : Goliath (2020)
Programmation musicale
L'équipe