Aujourd’hui,la guerre de succession à l'UMP entre Jean-François Copé et François Fillon. Ce conflit se dessine dès le 6 mai 2012, au soir du deuxième tour de la Présidentielle. Nicolas Sarkozy n'est pas réélu. Alors à la Mutualité, devant ses partisans, le président sortant désormais sorti, prononce ces quelques mots : « je m’apprête à redevenir un Français parmi les Français. Une autre époque s’ouvre… Je resterai l’un des vôtres… mais ma place ne pourra plus être la même ». Un message d’adieu... qui ne fut qu’un au revoir. Or, dans toute famille politique, le départ du chef laisse un vide qui ouvre les appétits. S'en suit très vite une bataille entre vieux amis, ancien numéros deux ou jeunes ambitieux qui, année après année, ont dû se construire à l’ombre du chef.

UMP 2
UMP 2 © Reuters/Benoit Tessier

Lors de cette campagne pour prendre la tête de l'UMP, quatre personnalités se portent candidates. Mais deux seulement reçoivent les parrainages suffisants pour concourir.

Le premier c’est Jean-François Copé . Aux lendemains de la défaite de Nicolas Sarkozy, il a 48 ans, il est maire de Meaux et député. Il gère et dirige les affaires du parti en tant que secrétaire général.

Le second c’est François Fillon , de dix ans son ainé... Il a été pendant cinq ans le Premier Ministre de Nicolas Sarkozy avant de redevenir député de Paris lors des législatives de juin 2012. La campagne pour l'élection à ce poste est musclée, âpre parfois, normale en quelque sorte. Mais le soir de l'élection, la situation se gâte, car chacun revendique la victoire. "C'est pas lui, c'est moi". Débute alors une crise dont la longueur et la violence n'auront d'égal que le grand schisme de 1995 provoqué par la rivalité Chirac-Balladur.

Pendant plusieurs semaines, jour après jour, les Français vont être témoins d’un parti au bord de la crise de nerf, à deux doigts de la rupture face à cette bataille entre deux candidats au style totalement opposé : Copé et son image de bad boy contre Fillon et son allure de gendre idéal... Une opposition de style et une ambition égale qui vont déclencher cet affrontement mémorable aux résonances encore très fortes aujourd'hui.

Invité

Le journaliste et présentateur de France 2, Jean-Baptiste Marteau, auteur avec Neila Latrous du livre intitulé : "Bal tragique à l’UMP", sera avec nous en seconde partie d'émission pour en parler.

► Une émission à suivre, commenter et partager surFacebook.

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.