Aujourd’hui dans Affaires sensibles, l’histoire d’un raté politico-scientifique : l’affaire de la ciclosporine.

29 octobre 1985, conférence de presse des chercheurs (de gauche à droite) Philippe Even, Jean-Marie Andrieu et Alain Venet
29 octobre 1985, conférence de presse des chercheurs (de gauche à droite) Philippe Even, Jean-Marie Andrieu et Alain Venet © Getty / Alain Noguès

En octobre 1985, alors que l’on vient à peine de mettre un nom sur cette étrange maladie qu’est le sida, le ministère de la Santé et trois professeurs de médecine organisent une conférence de presse pour alerter le monde : ils tiennent une piste sérieuse de traitement de la maladie.

L’affaire de la ciclosporine, c’est l’histoire d’un emballement général qui raconte les tensions d’une époque entre deux pays, la France et les États-Unis, dont les chercheurs se livrent une bataille sans merci dans la course au remède et au vaccin… L’affaire de la ciclosporine, c’est aussi l’histoire de deux visions de la science qui s’affrontent. D’un côté les partisans de « l’urgence scientifique » qui estiment légitime de s’affranchir des codes et des protocoles en cas d’urgence sanitaire. De l’autre côté, les tenants d’une démarche scientifique stricte en toutes circonstances, basée sur un protocole qui garantit le respect au patient, dans le recueil de son consentement et pour ne pas donner de faux espoirs. Deux visions de la science, une bataille et, en 1985, le politique qui s’en mêle… ce cocktail détonnant laissera des traces dans les milieux scientifique. En a-t-on vraiment tiré toutes les leçons ? Rien n’est moins sûr. 

Un récit documentaire de Marjolaine Koch 

Invité : 

Christian Lehmann, médecin, romancier et chroniqueur à Libération.

Programmation musicale : 

  • Robert Palmer : Bad case of loving you (doctor, doctor) (1979)
  • Bruce Springsteen : Streets of Philadelphia (1994)
  • Suzanne Vega : _Blood makes noise (_1992)
Programmation musicale
L'équipe