Aujourd’hui, dans Affaires Sensibles, la censure, en 1966, du film de Jacques Rivette "La Religieuse".

Anna Karina et Catherine Diamant dans "La Religieuse" de Jacques Rivette en 1966.
Anna Karina et Catherine Diamant dans "La Religieuse" de Jacques Rivette en 1966. © Getty / Keystone-France/Gamma-Keystone

Dans quelques jours, cela fera un an que le cinéaste Jacques Rivette nous a quittés. Il était l’un des derniers représentants de la fameuse « Nouvelle Vague », ce vent d’air frais qui souffla sur le cinéma français au début des années 1960. D’ailleurs, il y a cinquante ans, au cœur de cette décennie, c’est d’une bien curieuse manière que le discret Rivette s’est invité au cœur de l’actualité et a secoué, pendant plusieurs mois, la France du cinéma.

Au printemps 1966, alors qu’il vient d’achever son dernier film, une adaptation de La Religieuse, le roman de Denis Diderot, Yvon Bourges, secrétaire d’Etat chargé de l’information, intervient pour le censurer. Cette décision autoritaire fait suite à une série de pétitions et de protestations émises par des associations de religieuses, des catholiques et une partie de la hiérarchie cléricale. Face au choix jugé arbitraire du ministre gaulliste, le milieu de la culture se mobilise pour soutenir le cinéaste.

Politique, cinéma, religion : tous les ingrédients du scandale sont réunis. Un scandale traversé par les enjeux de son époque : celui des rapports qu’entretient l’Eglise avec le pouvoir et le septième art ; celui d’une jeunesse et de sa réaction face à ces deux institutions, premières secousses d’un mois de mai 1968 qui arrive à grand pas. Et puis, derrière le scandale, il y a l’histoire et les arts : une navigation qui nous porte du XVIIIème à aujourd’hui, de la littérature au cinéma en passant par le théâtre, un voyage à l’image de l’œuvre et des réflexions de Rivette lui-même.

L'invitée

Cette oeuvre, son auteur, la censure et cette époque, nous y reviendrons en seconde partie d’émission avec Hélène Frappat, romancière, critique de cinéma, spécialiste de Jacques Rivette à qui elle a consacré deux ouvrages, dont Jacques Rivette, secret compris, publié aux éditions des Cahiers du cinéma en 2001.

Vidéo INA :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.