Photo d'archive prise à l'occasion du procès de Maurice Papon en 1997/1998
Photo d'archive prise à l'occasion du procès de Maurice Papon en 1997/1998 © MaxPPP

Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, deuxième volet du procès de Maurice Papon, ancien secrétaire général de la préfecture de gironde entre 1942 et 1944, jugé pour complicité de crime contre l’humanité, du 8 octobre 1997 au 2 avril 1998, à Bordeaux. Ce procès comme ceux de Klaus Barbie et Paul Touvier, a été enregistré pour l’histoire.

Hier, nous sommes revenus sur les premiers mois du procès, la personnalité et l’histoire de l’accusé, le contexte, la période, le rôle et le pouvoir du secrétaire général de la préfecture de gironde. Aujourd’hui, nous nous éloignons de la périphérie des crimes pour les aborder de face, un à un, avec la voix des disparus ou survivants, victimes des actes signés par l’accusé… Paraphes qui les a envoyés vers Drancy puis vers l’inconnu, souvent à la mort.

Comme hier, c’est Gérard Boulanger qui nous accompagne aujourd’hui. Premier avocat à avoir porté plainte contre Maurice Papon en 1981, il attendra 16 ans pour s’asseoir sur le banc des avocats de la partie civile et voir juger Maurice Papon. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet dont « Maurice Papon un technocrate français dans la collaboration » et « Papon, un intrus dans la République ». Nous le retrouverons après le récit en direct de Bordeaux, dans les locaux de France Bleu Gironde, que nous remercions pour leur accueil.

Archives vidéo

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les invités
  • Gérard Boulangeravocat, militant des droits de l'homme, essayiste et homme politique français
Les références
L'équipe
Thèmes associés