Comment raconter la vie de Jean Seberg, la ravissante actrice américaine devenue une icône de la Nouvelle Vague ? Comment dresser le portrait d’une personnalité aussi complexe ?

Jean Seberg dans Sainte Jeanne (titre original anglais: Saint Joan) d'Otto Preminger
Jean Seberg dans Sainte Jeanne (titre original anglais: Saint Joan) d'Otto Preminger © Getty / Mondadori Portfolio

À travers cette vie mouvementée c’est aussi le portrait d’une Amérique des années 1960 et 1970 qui se dessine, c’est encore les portraits des hommes qui ont compté dans sa vie et partagé son histoire, d’Otto Preminger à Jean-Luc Godard, en passant par François Truffaut et Romain Gary

Pour suivre la carrière de Jean Seberg il faut s’approcher des zones d’ombre, aller au-delà de l’image de la ravissante actrice américaine qui est devenue une icône de la Nouvelle Vague.

Comment la jeune adolescente qui a appris le théâtre à l’école, élevée dans une petite ville de l’Iowa et qui a reçu une éducation luthérienne stricte, va devenir cette immense actrice ?

On a beaucoup parlé de sa mort, elle s’est suicidée le 30 août 1979 dans sa voiture à Paris. On a beaucoup parlé de ses démêlés avec le FBI, l’agence américaine et son chef, Edgar Hoover qui en avait fait sa cible privilégiée et qui n’a cessé de traquer la militante de la cause noire. Seberg l’engagée, blacklistée par Hollywood !

On a beaucoup parlé de ses amours, ses aventures, de sa liaison puis de son mariage avec Romain Gary, et pour ceux qui s’en rappellent, elle restera l’icône d’un film : A Bout de souffle.

Mais Jean Seberg est-elle l’actrice d’un seul film ?

Cette fiction propose de revenir sur l’événement le plus marquant de la jeune vie de Jean Seberg, celui qui lancera sa carrière internationale, et qui paradoxalement la marquera à jamais comme l’un des événements les plus destructeurs de sa vie : le tournage de Jeanne d’Arc, par Otto Preminger.

Une histoire de Pygmalion et sa muse, où comment une jeune inconnue de l’Iowa devient une vedette internationale, grâce à son engagement et sa passion.

La fiction commence et se termine en 1979, quelques jours avant la mort de Jean Seberg. A cette période, Jean n’a que 40 ans, mais elle boit, prend des pilules, grossit. Complexée par ce qu’elle est devenue, elle ne reçoit plus que dans son lit, ou derrière sa porte.

À son amie Aki Lehman qui lui rend visite, elle finit par ouvrir la porte. Les deux amies se replongent dans le passé, Jean revient alors sur sa jeunesse et le tournage infernal qui fut sa première et pire expérience de cinéma.

Cette fiction a été écrite par Sarah Farkas ; c'est la quatrième d’une série de cinq écrite par une jeune scénariste de la Fémis pour Affaires sensibles. En effet tout au long du mois de Mars nous diffuserons les vendredis des fictions écrites par des jeunes auteurs de cette grande école de cinéma qui partagent avec nous la même passion pour la radio.

Extrait du scénario

Jean : Tu es venue m’offrir un cadeau ou me faire la morale ?

Aki : Tiens.

Jean ouvre le paquet.

Jean : Emily Dickinson…

Jean (Jean commence à lire un fragment du livre puis s’arrête, émue) : Quelle est cette auberge
Où pour la nuit
Vient un insolite voyageur?
Qui est l'aubergiste?
Où sont les servantes?
Regarde, quelles chambres étranges!
C’est ma poétesse préférée…
Tu sais que quand j’étais petite, j’allais me promener sur les rives du fleuve près de chez moi à Marshalltown. Avec mon amie Hannah, on s’asseyait à un endroit où il y avait des tombes indiennes, près du foyer des soldats. Et là, on récitait ces poèmes pendant des heures. On se disait qu’on était de grandes intellectuelles…

Notre invité : Antoine de Baeque

ANTOINE DE BAECQUE
ANTOINE DE BAECQUE © Radio France

Auteur de la préface d’un numéro hors-série intitulé Jean Seberg, tout simplement, superbement documenté, 220 photos couleurs et Net B, aux éditions Mercure de France en 2014… Il est Critique de cinéma et de théâtre, historien et féru de marche.

Il a publié son premier article dans les Cahiers du cinéma à l’occasion de la mort de François Truffaut. Il a été rédacteur en chef des Cahiers du cinéma de 1996 à 1998, puis pendant six ans rédacteur en chef des pages culture du journal Libération. Enfin il est l'auteur de nombreux livres et articles sur le cinéma et sur l’histoire, notamment des biographies de François Truffaut, Jean-Luc Godard, Eric Rohmer.

La scénariste de cette fiction : Sarah Farkas

SARAH FARKAS
SARAH FARKAS © Radio France

Scénariste diplômée de la Femis, grande lectrice de biographies, germaniste et historienne. Avant d'entrer à la Fémis en séries TV, Sarah s'est intéressée tout particulièrement au monde du sport, du cinéma et à la Seconde Guerre Mondiale.

C’était Affaires sensibles la fiction : « La passion selon Jean Seberg »

Une fiction écrite par Sarah FARKAS
avec Julie-Anne ROTH
Peggy MARTINEAU
Olivier RUIDAVET
Véronique VIEL
Suzanne AUBERT
Pierre-Marie ROCHEFO
Makita SAMBA
Payam MADJILESSI
Lætitia HIPP
Bruitage: Sophie BISSANTZ
Réalisée par Laurence COURTOIS et Juliette GOUX
Une émission proposée par Christophe BARREYRE
Programmation musicale : Muriel PEREZ
A la technique : Pierre-Yves de RAULIN, Amendine GREVOZ et Claude NIORT

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.