Aujourd’hui dans Affaires sensibles , la feuille d’impôt de Jacques Chaban-Delmas.

Jacques Chaban-Delmas
Jacques Chaban-Delmas © corbis / Bettmann

Chaban... Pour beaucoup, ce nom évoque quelque chose. Comme un souvenir lointain et un peu flou, enfoui quelque part dans les manuels d’histoire mais sans pour autant sentir la naphtaline. Pour les Bordelais, la mémoire est plus vive, tant l’homme a marquéde son empreinte la capitale girondine.

Mais en réalité, que sait-on vraiment de Jacques Chaban-Delmas ? De son parcours, de son action, de son héritage? C’est la terrible leçon de l’histoire : elle ne retient que les vainqueurs. Or, Jacques Chaban-Delmas est passé juste à côté, à quelques encablures de la plus haute fonction de l’Etat.

Esprit libre et ouvert jusqu'à en donner de l'urticaire au Président Pompidou, son patron, il était aussi un apôtre de l'œcuménisme politique, inclinaison qui finira par lui coûter cher au soir du grand soir de l'élection présidentielle de 1974.

Alors, comment expliquer cette destinée manquée ? Comme souvent, les raisons sont multiples, mais il est certain que la publication de sa feuille d’impôt par LeCanard enchaîné , alors qu’il était Premier ministre, en janvier 1972, et la polémique qui a suivi, ont joué un rôle important. Presque autant que la bataille livrée, en coulisses, par les prétendants au poste suprême.

À travers cette affaire et le parcours de Jacques Chaban-Delmas, c’est tout un pan de l’histoire politique française qui se déroule. Des cendres de la Seconde guerre mondiale au crépuscule du gaullisme, en passant par la reconstruction et mai 68, cet homme aux multiples vies, interroge les ressorts de l’exercice politique tout autant que la violence de son milieu.

En seconde partie d’émission, nous recevrons, dans le cadre de notre partenariat avec le journal Libération, Laurent Joffrin, directeur de ce quotidien et spécialiste de la politique française.

10 févr. 1972

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.