Aujourd’hui dans Affaires sensibles, l’histoire de la rumeur d’Orléans. En mai 1969, un bruit court dans cette ville française : des commerçants organiseraient la « traite des blanches ». Invité Mehdi Moussaïd, chercheur en sciences cognitives à Berlin, il étudie la foule depuis 10 ans.

Deux jeunes femmes se murmurent un secret
Deux jeunes femmes se murmurent un secret © Getty / H. Armstrong Roberts

Un vaste de réseau de prostitution serait à l’origine de la disparition de dizaines de jeunes femmes envoyées dans des maisons closes exotiques.

Tous les commerçants visés sont juifs. Et toute cette histoire est fausse. Cette rumeur d’Orléans a agité la ville pendant près de deux mois, en pleine période électorale pour l’élection présidentielle.

Un petit bruit qui circulait dans les lycées de filles est devenu une véritable campagne antisémite. Comment en est-on arrivé là ? C’est pour répondre à cette question que le sociologue Edgar Morin s’est rendu à Orléans avec une équipe de chercheurs au début du mois de juillet 1969.

Car si toute cette histoire était fausse, elle a eu des conséquences très réelles : les commerçants juifs ont été menacés, insultés et salis dans leur honneur. 

Cette rumeur, qui a pris racine dans les rêves et les angoisses de l’époque, s’est ensuite fixée sur la figure du juif comme bouc-émissaire. Plus qu’anecdotique, la rumeur d’Orléans nous apprend ce que les sciences humaines ont souvent du mal à sonder : l’inconscient collectif.

Invité Mehdi Moussaïd

Medhi Moussaïd est chercheur en sciences cognitives au Max Planck Institute de Berlin. Il étudie la foule depuis une décennie et vient de faire paraître  "Fouloscopie, ce que la foule dit de nous" aux éditions HumenSciences. Il a également un blog très documenté, Carnets de fouloscopie à découvrir ici

Ressources complémentaires

Programmation musicale : 

  • Nino Ferrer – "Je vends des robes"
  • Elvis Presley – "Suspicious minds"
Les invités
  • Mehdi MoussaïdChercheur en sciences cognitives au Max Planck Institute de Berlin
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.