Une affaire extrêmement sensible à l’époque… par nature, car il s’agit d’un coup de force de la métropole en territoire d’Outre-Mer, avec des relents coloniaux qui créent forcément le malaise. Et puis aussi parce que l’évènement est intervenu entre les deux tours de l’élection présidentielle, moment où toute la vie politique française se joue. Et enfin parce que cette opération s’est soldée par la mort de 19 preneurs d’otages, des kanaks, et de deux militaires. Un acte de guerre, mais surtout de gros doutes sur le mode opératoire des forces de l’ordre qui ont mené l’assaut… Ont-elles, comme le prétendent des membres du FLNKS, la branche politique des Kanaks, laissé mourir volontairement ou exécuté sommairement certains preneurs d’otages après l’assaut ? Le gouvernement de Jacques Chirac a-t-il agi seul pour montrer sa fermeté, sa capacité à régler une crise grave à cinq jours du second tour de la présidentielle ? François Mitterrand a-t-il été informé ?

Notre invité aujourd’hui : Jacques Follorou , journaliste au Monde , co-auteur avec Philippe Legorgus, commandant du GIGN à l’époque, du livre Ouvéa, la République et la morale , paru en 2011, chez Plon.

Une émission à suivre, commenter et partager sur Facebook .

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.