Le 19 juillet 1990, deux hommes frappent à la porte de ce pasteur évangélique défenseur de toutes les minorités sexuelles, et lui demandent de le suivre pour l’interroger. Son corps est découvert trois mois plus tard dans la forêt de Rambouillet.

Le pasteur Joseph Doucé, le 27 mai 1990
Le pasteur Joseph Doucé, le 27 mai 1990 © AFP / MICHEL FRISON

Près de trente ans après ces faits, cette affaire n’a pas été résolue. Qui étaient ces deux hommes qui sont venus interroger le pasteur Doucé ? Comment est-il mort ? Il n’y a pas de réponses à ces questions. Seulement des pistes. 

Ce personnage atypique, exclu dans les années 80 de la franc-maçonnerie et de l’Eglise baptiste, un courant évangélique du protestantisme, est un homme de réseau au carnet d’adresse bien fourni. Il ne cache pas son homosexualité, et célèbre bien avant le mariage pour tous des unions entre personnes de même sexe. Il tient également des propos ambigus sur la pédophilie et participe à la diffusion d’une revue pédophile dirigée par un militant néonazi. Ces activités sont surveillées de près par les Renseignements Généraux qui chargent une équipe d’infiltrer son entourage pour identifier de potentiels réseaux pédophiles. Cette affaire sensible nous plonge dans les méthodes douteuses des inspecteurs des Renseignements Généraux qui n’hésitent pas à basculer dans l’illégalité.

Un récit documentaire d'Adrien Morat 

Invitée : 

Patricia Tourancheau : Après avoir exercé vingt-neuf ans à Libération, Patricia Tourancheau, journaliste freelance spécialiste des dossiers criminels et des cold case, collabore notamment au site d’information Les Jours, avec lequel elle a écrit son dernier livre : Le Magot, Fourniret et le gang des Postiches : mortelle rencontre (Le Seuil 2019) Elle est l’auteure chez le même éditeur de nombreux ouvrages dont Grégory, la machination familiale et Le 36. Elle participe également à l’écriture de scénarios de films et de séries.

Programmation musicale : 

  • La féline : Où est passée ton âme ? (2020)
  • R.E.M. : Losing my religion (1991)
  • Gabriels : In loving memory (2020)
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.