Aujourd’hui dans Affaires sensibles, un braquage dont la résonance médiatique a surpris les braqueurs eux-mêmes : celui de l’Américaine Kim Kardashian. Invités Julien Dumond co-scénariste et le dessinateur Gregory Mardon auteurs de la BD "Les bijoux de la Kardashian" paru chez Glénat

Kim Kardashian assiste au lancement de la collection de bijoux Belle Noel au 59th Street Store de Bloomingdale le 21 septembre 2011 à New York City
Kim Kardashian assiste au lancement de la collection de bijoux Belle Noel au 59th Street Store de Bloomingdale le 21 septembre 2011 à New York City © AFP / Andrew H. Walker/Getty Images/AFP

Kim Kardashian, pour ceux qui ne le savent pas, c’est la reine d’Instagram. Et Instagram, pour ceux qui ne sortent pas de leur caverne, c’est le roi des réseaux sociaux

La reine du réseau roi donc, mais aussi une star de la télé-réalité, et une femme d’affaire à la tête d’une fortune de plus de 350 millions de dollars.

Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, Kim Kardashian est à Paris pour la Fashion Week quand elle se fait braquer, ligoter et voler près de 10 millions d’euros de bijoux par des truands parigots, un poil pieds nickelés. Un braquage à la saveur d’antan, façon Tonton flingueurs, propulsé dans le monde 2.0 des Instagirls. 

Quand le Paname croustillant de Michel Audiard se heurte aux écrans de Smartphone, retour sur un casse improbable qui dit la disparition d’une époque et l’avènement d’un autre monde. 

Invités Julien Dumond et Grégory Mardon

La «BD-reportage» Les bijoux de la Kardashian est paru en mars chez Glénat. Elle est coécrite par deux grands reporters : les journalistes François Vignolle (directeur de la rédaction de RTL) et Julien Dumond (grand reporter pour le magazine Sept à Huit de TF1) et dessinée par Grégory Mardon (Le fils de l’Ogre, Cycloman etc)

Petit avant goût également sur le site de 20 Minutes

Programmation musicale :

  • Kanye WEST/JAY-Z : Niggas in Paris
  • RIHANNA : Diamonds
  • LOMEPAL : Evidemment
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.