Sa vie ressemble à un scénario de film hollywoodien. Comment un athlète handicapé qui multipliait les médailles est passé de la ferveur des stades olympiques à l’atmosphère sentencieuse des prétoires ?

Oscar Pistorius et l'athlète américain Tony McQuay participent aux éliminatoires du 400 mètres masculin lors des championnats du monde de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme à Daegu, le 28 août 2011
Oscar Pistorius et l'athlète américain Tony McQuay participent aux éliminatoires du 400 mètres masculin lors des championnats du monde de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme à Daegu, le 28 août 2011 © AFP / Adrian Dennis

C’est l’histoire d’Oscar Pistorius, star internationale de l’athlétisme, né handicapé des deux jambes et équipé de prothèses qui le faisaient courir à la vitesse d’un guépard. Un champion paralympique multi-couronné qui finira même par se hisser à la hauteur des coureurs valides en se qualifiant pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012. 

Mais dont la vie va basculer, un jour de février 2013 lorsqu’il va tirer quatre balles sur sa petite amie, la top-model Reeva Stenkamp dans sa demeure somptueuse de Pretoria, la capitale de l’Afrique du Sud. De sa fulgurante ascension jusqu’à son inexorable décadence, trajectoire d’une star déchue. 

Un récit documentaire de Vincent Lebrun 

Invité : 

Nicolas Herbelot, journaliste à l'Equipe, auteur d'un webdoc sur Oscar Pistorius : Mortelle Saint-Valentin. Il a co-écrit avec l'athlète français Kevin Mayer : Mes 10 commandements, paru aux éditions Solar à l'automne 2020 

Programmation musicale : 

  • Woodkid : "Run boy run" (2013)
  • David Bowie "Love is lost" (2013)
  • Lou Doillon : "Claim me" (2020)
L'équipe