L’histoire d’une fillette forcée à prendre des poses obscènes devant l’appareil photo de sa mère. Retour sur le parcours d'Eva Ionesco, avec le sociologue Michel Fize, spécialiste de l’enfant et de l’adolescent.

La réalisatrice française Eva Ionesco pose sur le tapis rouge avant la projection de "L'Arbre de vie" présenté en compétition au 64ème Festival de Cannes le 16 mai 2011 à Cannes.
La réalisatrice française Eva Ionesco pose sur le tapis rouge avant la projection de "L'Arbre de vie" présenté en compétition au 64ème Festival de Cannes le 16 mai 2011 à Cannes. © AFP / VALERY HACHE

C'est l’histoire dune fillette de quatre ans, forcée à prendre des poses obscènes devant l’appareil photo de sa mère, une enfant de neuf ans qui s'enfuit de chez elle pour aller voir les lumières de la Foire du Trône, une tête brûlée placée à la Ddass à onze ans, une dancing kid, reine de la nuit, une femme sous influence. Eva Ionesco, c’est tout ça – une vie à part, vécue sur les jantes, marquée du sceau des mythologies les plus scintillantes mais aussi les plus troubles de l’époque. 

Tout commence par un rapt : celui de son image, volée par sa mère, la photographe Irina Ionesco

Au mitan des années 1970, entre ses quatre et douze ans, Eva prend la pose devant l’objectif maternel,  fardée, déguisée puis, peu à peu, transformée en objet érotique. L’ambiance est sombre, lascive, salace – pourtant la fillette fait la une de dizaines de magazines (et des plus respectables). Sans vergogne ni tabou. On se rappelle alors une époque où les frontières de la morale et de l’enfance étaient autrement floues. Assez pour permettre la vie publique de celle qu’on appelait, à 12 ans, « Baby Porn ». Assez pour qu’un écrivain comme Alain Robbe-Grillet, chef du fil du nouveau roman, écrive  à propos d'Eva que « si elle n’est pas sage, on l’enfermera dans l’armoire des poupées mortes »… 

Invité : Michel Fize

Michel Fize est sociologue, retraité du CNRS, spécialiste de l’enfant et de l’adolescent, auteur de nombreux ouvrages, dont J'aide mon enfant à grandir,  il vient de faire paraître L'école à la ramasse _a_ux éditions L'Archipel.

Michel FIZE
Michel FIZE © Radio France / Valérie Priolet

Ressources complémentaires :

Programmation musicale

  • Pierre Perret : Mon p'tit loup
  • Serge Gainsbourg : La poupée qui fait
  • Billie Eilish : All the good girls go to hell
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.