L’histoire du phénomène Yéyé commence par un grand concert donné en juin 1963, place de la Nation par "Salut les Copains" pour fêter son premier anniversaire… Le concert est gratuit et c’est Jacques Martin qui anime la soirée !

 Johnny Hallyday en concert organisé par Europe 1 en 1963 à Paris.
Johnny Hallyday en concert organisé par Europe 1 en 1963 à Paris. © Getty / REPORTERS ASSOCIES / Gamma-Rapho

Aujourd’hui Affaires sensibles/la Fiction vous propose  « Salut les yéyés ! »

  • Une émission proposée par Christophe Barreyre
  • Écrite par Jean-Pierre Thiercelin
  • Réalisée par Benjamin Abitan

Se succèderont sur scène pour ce concert des chanteurs jeunes et inconnus, Daniel Gérard, Frank Alamo, les Chats Sauvages, les Gam’s, Richard Antony, Sylvie Vartan et Johnny Halliday !

Salut les Copains a été lancé en 1962 par Frank Ténot et Daniel Filipacchi. C’était à l’époque le rendez-vous des jeunes à 17h30 sur Europe 1 !

Une époque où au lycée les cours de récréation ne sont pas mixtes, les garçons doivent avoir les cheveux rasés derrière les oreilles et les filles sont interdites de pantalon. Une époque où apparaissent les premiers transistors et tourne-disques. Cette génération 1963 chassent les chanteurs dits « à texte » qui fréquentaient les caves de la rive gauche, déjà Brassens, Brel ou Mouloudji font figure de résistants !

Mais que se passe-t-il en cette année 63 pour que la jeunesse se mette à se trémousser sur des chansons et des musiques si légères ?!

« Faire comme si on s’essuyait les fesses avec une serviette de bain, tout en écrasant une cigarette avec le pied », c’est ça le twist ! Une définition qui en vaut une autre … Alors pour mieux comprendre cette époque continuons cette liste, véritable inventaire à la Prévert, des mots, des idées, des titres qui ont marqué cette année 63 : la génération du baby boom, la fin de la guerre d’Algérie, Marche tout droit de Claude François, le flirt, Jean Seberg dans A bout de souffle, Lucky Luke, Pilote et Spirou, la Réclame, les Blousons noirs, le Teppaz pour écouter les 45 tours, Bob Dylan et Joan Baez, Les Beatles, Age tendre et tête de bois, le Flandria ultra sport, le feuilleton Thierry la Fronde, le vélo solex, le hit parade, Nous les garçons et les filles, L’écume des jours de Boris Vian, le robot Charlotte Moulinex, les jeudis à ne pas aller en classe, l’assassinat de Kennedy le 22 novembre… et le 31 décembre 1963, De Gaulle inaugure La Maison de la Radio !

Extrait du scénario

"Séquence 1

Voix off : Octobre 1962. Palaiseau. Un pavillon de banlieue.  

On entend, dans le poste, la fin des informations

Voix, journaliste radio : A cette heure, en dépit de l’ultimatum du Président Kennedy, les cargos russes chargés de missiles poursuivent leur route vers Cuba. Qui peut vraiment dire si nous ne sommes pas à la veille d’un nouveau conflit mondial ?... A Rome, les travaux du concile Vatican II semblent avoir pris leur vitesse de croisière. La rentrée des classes a fait le plein cette année ! En effet, de nombreux élèves récemment rapatriés d’Algérie sont venus grossir les effectifs. Et ce soir, avec leurs nouveaux camarades, ils iront peut-être  à l’Olympia où Johnny Halliday, pour la toute première fois, a donné rendez-vous à tous ses fans pour un spectacle où le visuel tiendra paraît-il une place très importante ! 

Voix, présentatrice radio : C’était le flash, offert par « Roja-Net », la laque qui fait briller vos cheveux comme une pierre précieuse ! Avec Roja-Net, on dirait que vos cheveux attirent la lumière ! Très vite. Roja-Net, la nouvelle laque, présentée en Top’Matic pour 5 nouveaux francs seulement ! 3 francs 50, la recharge !

Pendant que les publicités continuent... On entend  la sonnette et la porte qui s’ouvre. 

François : Entre !...

Gilles : C’est bon ?... Elle est pas là, ta mère ?...

François : Entre, je te dis ! « Salut les copains » va commencer !... On est tranquilles, c’est le jour où elle va à Paris. Avec la voisine, elles font du shopping aux Galeries Lafayette... T’en as mis du temps ! 

Gilles : Mais moi, je pédale mon vieux ! C’est pas comme toi. J’ai pas de Solex ! ... T’es vraiment pas sympa, t’aurais pu m’attendre !...

François : Je vais pas passer mon temps à te remorquer dans les côtes !... Déjà qu’il a fallu semer les autres à la sortie du lycée !... Et pour un peu, on allait rater l’émission...

On entend  le fameux double carillon suivi de « Bonjour ! Ici Europe n° 1, 1647 mètres grandes ondes! », suivi de  l’indicatif de « Salut les copains ! ».

Gilles : Ouais ! Senssas ! Allez, monte le son ! Le son monte.

François : Pas trop quand même !...

Gilles : Bah, puisque ta mère elle est pas là...

François : On devrait quand même vider nos cartables sur la table... Comme ça, si elle arrive, on pourra faire semblant de faire nos devoirs.

Gilles : Si tu veux... Ils vident leurs cartables sur la table. De toute façon, il faudra bien les faire, les devoirs...

François : Ouais... Mais pas avant d’avoir entendu le « Chouchou de la semaine ». Tiens ! Justement... On entend dans le poste...

Voix, Daniel Filipachi : Salut les amis ! Tout va bien ?... Sans plus attendre, on commence par le « Chouchou de la semaine » ! Celui qui pulvérise toutes les ventes de super 45 tours, celui que vous attendez tous et... Toutes !...  Mesdemoiselles, voici Claude François qui vous trouvent  toutes belles, belles, belles !...  C’est parti ! On entend le début de : « Belles, Belles, Belles » par Claude François : « Un jour mon père me dit fiston... »

François : Reprenant le refrain à tue-tête. « Belles, Belles, Belles comme le jour ! Belles, Belles, Belles, comme l’amour !... » Le son baisse. Oh, non ! Mais ça va pas ?!... Pourquoi tu baisses ? On n’entend plus rien...

Gilles : Bah, c’est pas une grosse perte. Claude François, c’est même pas du rock ! C’est de la chanson pour minettes... Tu devrais te regarder dans la glace, t’as bonne mine. L’imitant. « Belles, Belles, Belles !... » 

François : Et toi, quand tu fais : Imitant Gilles qui imite Eddy Mitchell. « Oh, Danièèla, la vie n’est qu’un jeu pour toi... » C’est du rock, peut-être ?...

Gilles : Parfaitement ! Eddy Mitchel, c’est un rocker, un vrai ! Comme Johnny ! Comme Dick Rivers et les chats sauvages. C’est du rock français, si tu veux savoir !

François : Oui, bah n’empêche que Dick Rivers, il quitte les chats sauvages...

Gilles : Il a raison ! Ils voulaient pas bosser alors, Dick, il en a eu marre. J’ai lu ça dans le France-Soir de mon père... Mais lui, Dick,  je suis sûr qu’il va faire une grande carrière. Chanté en imitant Dick Rivers : « Est-ce que tu le sais ? Est-ce que tu le sais ? Est-ce que tu le sais ? Dis-moi...»"

Invité Gérard de Cortanze

L'écrivain, traducteur et journaliste Gérard de Cortanze le 24 juillet 2004 sur la digue de Cabourg, pendant le 16ème salon du livre "Les amis de Cabourg".
L'écrivain, traducteur et journaliste Gérard de Cortanze le 24 juillet 2004 sur la digue de Cabourg, pendant le 16ème salon du livre "Les amis de Cabourg". © AFP / MYCHELE DANIAU

Écrivain prolixe, membre de l'Académie royale de littérature française de Belgique, Gérard de Cortanze est également éditeur aux éditions Albin Michel. Il a reçu le prix Renaudot pour le roman historique Assam publié aux éditions Albin Michel. Il vient nous expliquer le phénomène des "yéyés" avec son dernier livre Laisse tomber les filles publié chez Albin Michel. 

Scénariste Jean-Pierre Thiercelin

Jean-Pierre Thiercelin, scénariste, auteur, comédien et homme de théâtre.
Jean-Pierre Thiercelin, scénariste, auteur, comédien et homme de théâtre. © Radio France / Valérie Priolet

Auteur, comédien et homme de théâtre, il a navigué dans les différents univers du théâtre, public ou privé, mais a aussi longuement vécu l’aventure d’une compagnie, "Le théâtre sur la place". Une aventure théâtrale populaire exigeante qui le mènera à l’écriture. 

Auteur, il écrit régulièrement pour la radio. Au théâtre, ses pièces sont éditées aux éditions de l’Amandier. L'une de ses pièces Marie-Claude, autour de la personnalité de Marie-Claude Vaillant-Couturier a été créée à Avignon.  Il a déjà écrit des fictions pour l’émission Affaires Sensibles, sur France Inter : Les vacances de Jacques Tati, Pierre Brossolette, le soutier de la gloire et Léo Férré, la musique insurgéeou 28 septembre 1978 La mort de Jean-Paul Ier. Cofondateur, avec Philipe Alkemade et Philippe Touzet de BAT-Le Billet des Auteurs de Théâtre, revue mensuelle des écritures théâtrales contemporaines sur internet, il collabore également à la revue Cosmopolis. Il est vice-président des EAT - Écrivains Associés du Théâtre.

Générique

C'était « Salut les yéyés » de Jean-Pierre Thiercelin

Une réalisation de Benjamin Abitan

Avec :

Melissa Barbaud : Annie

Loïc Renard : François

Martin Loizillon : Gilles

Olivier Ruidavet : Henri Leproux

David Lafore : Henri Gougaud

Aurelie Miermont : la voix de la publicité 

Théo Comby Lemaitre : le journaliste

Et les voix de :

Camille Pélicier et Cécilia Dassonneville

Bruitages : Sophie Bissantz

Prise de son, montage et mixage : Lucas Vaillant, Cédric Chatelus et Claire Levasseur 

Assistante à la réalisation : Clémence Bucher 

Réalisation : Benjamin Abitan

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Chansons diffusées :

  • Dalida et Alain Delon, Paroles, paroles
  • Romy Schneider et Michel Piccoli, La chanson d'Hélène
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.