Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, l'histoire du nouveau Panchen-Lama. Le Tibet n'a qu'une unique photo de lui enfant, et a perdu sa trace depuis sa désignation par l'actuel Dalaï-lama. Invitée, Katia Buffetrille, tibétologue.

Des moines tibétains prient lors d'une grève de la faim devant les bureaux de l'ONU à New Delhi le 20 décembre 1995 pour exiger que la Chine libère le garçon de six ans choisi par le Dalaï Lama comme réincarnation du Panchen Lama.
Des moines tibétains prient lors d'une grève de la faim devant les bureaux de l'ONU à New Delhi le 20 décembre 1995 pour exiger que la Chine libère le garçon de six ans choisi par le Dalaï Lama comme réincarnation du Panchen Lama. © AFP / RAVI RAVEENDRAN

En janvier 1989, le Panchen-Lama, numéro 2 du bouddhisme tibétain après le Dalaï-Lama, meurt. Son corps s’est éteint. Oui mais, selon les bouddhistes, son esprit renaît dans un nouvel être. Alors, une extraordinaire recherche s’engage pour trouver sa réincarnation.

C’est le Dalaï-Lama qui, traditionnellement, nomme le nouveau Panchen-Lama. Et le 14 mai 1995, six ans plus tard, le Dalaï, depuis son exil en Inde, désigne le nouveau Panchen. Il s’appelle Gedun et il a six ans. Sur l’unique photo qu’on lui connaît, il ressemble à n’importe quel enfant. Mais pas pour les Tibétains. Non, pour eux, il est l’émanation du Bouddha de la Lumière Infinie. Le Tibet est en liesse : le Panchen-Lama est de retour.

Mais le Tibet est chinois. Le Parti Communiste avait mis la main sur la recherche du Panchen et il est hors de question que le Dalaï-Lama, leader de la résistance tibétaine, ait son mot à dire. Un régime athée qui s’occupe de cérémonies religieuses, c’est original... Mais l’enjeu est immense. 

Car à la mort de l’actuel Dalaï-Lama, le plus coriace opposant du régime chinois, ce sera le onzième Panchen-Lama qui désignera son successeur. Si Pékin parvient à imposer son propre Panchen, il pourra ensuite placer une marionnette à sa solde à la place du Dalaï, leader charismatique de cette province séparatiste… La manœuvre serait magnifique pour les Chinois.

Et le 17 mai 1995, trois jours après sa désignation par le Dalaï-Lama, Gedun, l’enfant Panchen, disparaît. Il n’y a plus aucune trace ni de lui, ni de sa famille, rien...

Invitée, Katia Buffetrille

Katia Buffetrille est docteure en ethnologie, tibétologue, chercheuse au Centre de documentation sur l’aire tibétaine (CDAT – EPHE). Elle dirige la revue Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines (EMSCAT). Ses travaux portent sur les rituels tibétains et leurs changements à l’intérieur de la République populaire de Chine ainsi que sur les politiques culturelles, sujets sur lesquels elle est auteure de nombreux ouvrages de référence et fera paraître dans quelques jours L'âge d'or du Tibet aux éditions Les Belles Lettres.

Katia Buffetrille
Katia Buffetrille © Radio France / Valérie Priolet

Ressources documentaires :

Programmation musicale :

  • David Bowie : Silly boy blue
  • The Beatles : Tomorrow never knows
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.