« Zone de non droit », « cour des miracles numérique », « supermarché du crime », « continent secret » … : ces métaphores dont la presse raffole désignent avec terreur et délectation une réalité aussi fascinante que fantasmée, le darknet.

Dark web
Dark web © Getty / Bill Hinton

Un soi-disant réseau parallèle, à l’écart du web que nous pratiquons. Un abysse, qui abriterait tout ce que la société ne peut tolérer. Des profondeurs de fait difficiles à saisir, tout habitués que nous sommes à l’internet connu de tous, intelligible et structuré, celui de Google et consort.

Drogues, pédopornographie, armes : l’imaginaire collectif rêve et cauchemarde le darknet comme un abîme dangereux, minoritaire et menaçant, un coupe-gorge 2.0 où fricotent dealers, pervers et terroristes. Pourtant, le darknet n’est pas seulement dark. Pas vraiment dark. Assez peu dark même. Non seulement il est un médium privilégié pour la défense des droits de l’homme, qui protège notamment dissidents et journalistes, mais il favorise la création, la culture, la sociabilité et le partage.

Des trafiquants de drogue à l’hégémonie de Google, de Snowden à la résistance syrienne, aujourd’hui dans Affaires sensibles, une mythologie incomprise et un malentendu étymologique, le darknet.

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Invitée Amaelle Guiton

Amaelle Guiton. Journaliste chez Libération, elle est l’auteure de Hackers au cœur de la révolution numérique, une co édition Editions Radio France et Au Diable Vauvert en 2013.

Ressources 

Programmation musicale

  • MGMT : Mittle dark age
  • MESPARROW : Les écrans
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.