Aujourd'hui dans Affaires Sensibles: l'agression d'un vieil homme, racketté et tabassé à Orléans, secoue les médias pendant la campagne présidentielle de 2002. Invité Daniel Schneidermann, rédacteur en chef du site d’information « arrêt sur images ».

Paul Voise, un Orléanais de 72 ans, pose le 20 avril 2002, devant sa maison du quartier de "L'Argonne" incendiée la veille. Deux jeunes hommes auxquels il avait refusé de donner de l'argent l'ont roué de coups avant de brûler son pavillon
Paul Voise, un Orléanais de 72 ans, pose le 20 avril 2002, devant sa maison du quartier de "L'Argonne" incendiée la veille. Deux jeunes hommes auxquels il avait refusé de donner de l'argent l'ont roué de coups avant de brûler son pavillon © AFP / Alain JOCARD

Le 19 avril 2002 – à deux jours du premier tour de l’élection présidentielle – les français découvrent sur l’écran de leur téléviseur : le visage couvert d’hématomes d’un vieil homme de 72 ans. Paul Voise, c’est son nom, témoigne depuis sa chambre d’hôpital – la voix frêle et les yeux larmoyants – de l’agression dont il a été victime…

La veille – dans un quartier sensible d’Orléans – le vieillard raconte que deux individus sont entrés chez lui, qu’ils ont tenté de le racketter, puis qu’ils l’ont tabassé avant enfin de mettre le feu à sa maison ! L’histoire est bouleversante autant qu’elle est révoltante... 

Mais pour autant, ce fait divers – local et isolé – a-t-il vraiment sa place à la Une de l’actualité ? Les journalistes ont-ils alors conscience qu’ils viennent d’allumer la mèche d’un incendie médiatique ? Car en pleine campagne électorale – accaparée par la thématique de l’insécurité – cette affaire allait devenir l’incarnation de cette prétendue violence polymorphe qui gangrène le pays et qui d’après certains candidats « peut frapper n’importe où, n’importe quand et surtout n’importe qui ! »

La suite de cet incendie médiatique ? On la connait – sans qu’on sache vraiment aujourd’hui encore s’il y a eu un lien de cause à effet. Une chose est sûre : deux jours plus tard, au soir du dimanche 21 avril 2002 : le candidat de l’extrême droite – Jean-Marie Le Pen – se retrouve au second tour de l’élection présidentielle. Le candidat de la gauche – Lionel Jospin – est lui éliminé. 

Après le temps du choc, c’est le temps des questions. Et parmi celles-ci, comment l’affaire de l’agression de Paul Voise à Orléans s’est-elle retrouvée matraquée à la une de l’actualité ? A-t-elle pu influencer l’élection ? Et en coulisses, qu’en est-il de la rumeur qui accuse la Droite ou le Front Nationale d’avoir orchestré toute cette affaire ?

Invité Daniel Schneidermann

Daniel Schneidermann est rédacteur en chef du site d’information « arrêt sur images ».  Il est l'auteur de nombreux ouvrages de références sur les médias et les coulisses de l'information dont "Le cauchemar médiatique" aux éditions Denoël en 2004, puis Folio document. Et le dernier paru en octobre "Berlin 1933, la presse internationale face à Hitler" aux éditions du Seuil

Daniel SCHNEIDERMANN
Daniel SCHNEIDERMANN © Radio France / Valérie Priolet

Ressources complémentaires 

Programmation musicale :

  • Mickey 3D : La france a peur
  • Alain SOUCHON : Poulailler's song
  • FOALS : Exits
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.