Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, retour sur la carrière et la mort en 1971 d’un des plus grands noms de l’histoire du rock’n’roll, Jim Morrison.

Jim Morrison et Max Fink devant le Los Angeles Federal
Jim Morrison et Max Fink devant le Los Angeles Federal © Getty / Bettmann / Contributeur

Chanteur d’exception, « Sex-symbol », véritable icône du genre, Jim Morrison était le fer de lance de toute une génération, celle des années 60’ adepte de la contre-culture, du genre hippie et qui se cherchait une star à sa mesure. Avec son groupe, non moins mythique, les Doors, il a réalisé une carrière musicale exceptionnelle auréolée d’un succès planétaire. Leur réussite aussi brève que fulgurante laisse derrière elle, aujourd’hui encore, un patrimoine musicale considérable : 6 disques 45 tours devenus à jamais des best seller !

Pourtant derrière l’icône musicale que constitue Jim Morrison se cache une autre réalité qui dépasse de loin les frontières de la musique. Celle d’un homme fragile, à la fois mystérieux poète et provocateur insatiable, attiré par les forces mystiques, les drogues et l’alcool, malmené au plus profond de lui-même par son histoire familiale et par cette réussite sans doute trop brutale.

Symbole d’absolu et de Liberté, l’Ange Morrison devenu « poète maudit » ne trouvait sens à la vie que s’il en repoussait toujours un peu plus les limites, ses limites. Quitte à se brûler les ailes sur le chemin qui l’amenait tout droit à sa propre mort. Une mort qu’il rencontrera en pleine gloire, par une nuit d’été à Paris. Cette nuit-là, une seule chose est sûre « les portes » de l’éternité se sont à jamais refermées derrière lui. Cette nuit-là, une rock star était morte, un mythe était né…

Invité 

Après le récit, notre invité pour revenir sur cette histoire : Christian Eudeline, journaliste culture à l’hebdomadaire VSD. Auteur de nombreux livres sur le rock, le punk et la variété française et d’une biographie référence sur Michel Polnareff.

Archive INA 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.