Pour le 400ième numéro inédit d’Affaires sensibles « Raves Party, la fête à l’épreuve des lois ! »

Teknival des Insoumis, rave party illégale sur l'ancienne base de l'Otan à Clastres-Saint-Simon dans l'Aisne.
Teknival des Insoumis, rave party illégale sur l'ancienne base de l'Otan à Clastres-Saint-Simon dans l'Aisne. © Maxppp / AURELIEN LAUDY/PHOTOPQR/L'UNION DE REIMS

A la fin des années 80, la vague des fêtes de musique électronique frappe l’Europe de ses premières notes. En Angleterre d’abord, puis ensuite en France, le phénomène des « Raves Party » débarque sans crier gare et il renverse tout ce qui se trouve sur son passage !

Dans leurs valises : les « Raves » réintroduisent avec elles un mode de vie et un état d’esprit qu’on avait oublié depuis les années « Woodstock ». Celui d’une fête qui rime avec liberté et qui se déroule hors de toute contrainte d’espace ou de temps ! Sur leurs platines : les DJ des « Sound systèmes », véritables maîtres de cérémonies, distillent un son d’un genre nouveau : brutal, rythmé et aliénant… de la musique House et par la suite de la techno à l’état pur ! Dans leurs poches : les fêtards, qu’on surnomme aussi les « raiveurs » (Ravers), sont prêt à braver les éléments pendant des jours pour communier avec la musique !

Véritable Ovni dans le paysage musical, les « Raves Party » tracent leur route de rassemblements en rassemblements, de festivals en festivals ! À chacun de leur passage, à proximité des villes ou dans les campagnes, elles suscitent autant d’engouement qu’elles engendrent d’inquiétudes voir d’incompréhensions… Car bien malgré elles, ils planent au-dessus du mouvement le spectre de la violence, de l’incivisme et de la consommation de drogue ! De fausses idées reçues qui, largement relayées dans la presse, vont être à l’origine d’une sévère campagne de répression par les responsables politique. Au point que progressivement muselées, les Raves Party vont être concurrencées par un autre type de fête, encore plus libertaires celles-là, les « Free Party » !

Alors quelle est donc l’origine de ces fêtes sur fond de musique électronique qu’on appelle plus communément « les Raves » ? Comment sont-elles arrivées en France ? Quelles sont les véritables motivations de leurs organisateurs ? Pourquoi le mouvement s’est-t-il divisé entre légalité et illégalité ? Et enfin comment les pouvoirs publics ont-ils réagi face à ce mouvement ?

Invité Guillaume Kosmicki

Guillaume Kosmicki, musicologue, enseignant-conférencier, spécialiste du phénomène techno à travers les raves et les free party, il est l’auteur de plusieurs ouvrages de références sur le sujet dont « Free Party, une histoire, des histoires » paru avec un CD en 2010, aux éditions Le mot et le reste. Avec nous également par téléphone depuis Brest, Vincent Tanguy, Porte-parole des Sounds Systèmes breton. Il organise des Free Party et il est d’ailleurs membre du collectif « 7-1-6 » (« c’est ainsi »).

Vidéo INA :

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Documentation

Programmation musicale

  • PRODIGY "Mindfields"
  • FATBOY SLIM "Rockafeller skank"
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.