L’affaire d’Outreau a défrayé la chronique de 2001 à 2006. Tout un chacun hésite à y replonger… trop de souffrance, trop d’horreurs vécues par ces jeunes enfants, dans cette histoire qui commence comme un conte horrible dans la région de Boulogne-sur-Mer.

Des parents violent leurs quatre fils, leurs voisins y participent. On parle ensuite de "notables" qui seraient impliqués (et ce mot "notable", qui fera tant fantasmer). Et puis l’ombre d’un réseau international qui plane quelque part autour de la Belgique. Bref, une affaire Dutroux à la française. Avec au milieu de ce cyclone, un jeune juge, frais émoulu de l’Ecole de la Magistrature. Il ne veut pas passer à côté de "l’affaire du siècle".

Il faut revenir sur l’affaire d’Outreau. Pas pour étaler le sordide, mais pour comprendre la fabrication du mensonge par des enfants et des adultes. Comprendre aussi comment la machine judiciaire s’est enrayée.

Les acquittés d’Outreau après avoir été reçus à Matignon, le 6 décembre 2005
Les acquittés d’Outreau après avoir été reçus à Matignon, le 6 décembre 2005 © Franck Prevel / Reuters

L’affaire d’Outreau appartient à notre mémoire collective. Elle a donné un film, Présumé coupable , qui raconte le cauchemar d’un des innocents, avec un Philippe Torreton poignant dans le rôle de l’huissier Alain Marécaux. Plusieurs documentaires pour la télévision et puis des ouvrages ont revisité l’affaire comme celui, remarquable, de Florence Aubenas. Elle écrit dans son livre intitulé "La méprise" : « Outreau a ce pouvoir des histoires simples et qui font peur; chacun s’y retrouve et chacun s’y perd ».

__

Invité

L’abbé Dominique Wiel , l’un des acquittés d’Outreau, sera avec nous pour en parler.

Injustement accusé, le prêtre ouvrier d’Outreau a été condamné en première instance. Il a fait deux ans et demi de détention provisoire pour rien et a attendu de longues années avant d’être innocenté.

► Une émission à suivre, commenter et partager surFacebook.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.