Une fiction écrite par François Luciani et réalisée par Juliette Heymann. Semaine spéciale #Climat #Cop 24 suite. Revenons en France dans le Cotentin, à la Hague, le plus grand site de retraitement des déchets nucléaires au monde. Invité Pierre Barbey de l'Association pour le contrôle de la radioactivité dans l'Ouest

Vue générale de l'usine de retraitement de la compagnie générale des matières nucléaires (COGEMA) à La Hague, le 10/07/1997.
Vue générale de l'usine de retraitement de la compagnie générale des matières nucléaires (COGEMA) à La Hague, le 10/07/1997. © AFP / MYCHELE DANIAU

Toute cette semaine avant le début de la COP 24, les antennes de Radio France et France Inter ont décidé de faire du climat et de l’environnement un marqueur fort pour les semaines, mois et années à venir.

Affaires sensibles après avoir parcouru le monde et l’histoire toute cette semaine pour vous expliquer les menaces climatiques, les pollutions, le risque nucléaire qui pèsent sur notre terre et sur nous tous, ses habitants mais aussi les résistances et les luttes, nous revenons aujourd’hui en France et plus particulièrement à La Hague !

Mais avant de partir dans le Cotentin avec notre fiction voici quelques informations simples, vraies et concrètes affichées sur les murs de Radio France afin que nous gardions en tête les raisons de mener une résistance écologique :

  • En 1975 l’épaisseur de la Banquise recouvrant l’océan arctique était plus épaisse de 65%
  • Les températures de l’Arctique augmentent deux fois plus vite que la moyenne mondiale.
  • Les villes sont collectivement responsables de 60 à 80% des émissions de la planète et consomment 78% de l’énergie mondiale.
  • Les scientifiques estiment que d’ici à 2050 le changement climatique entraînera une baisse de 16% des précipitations à travers le monde.
  • D’après les estimations 7,3 millions d’hectares de forêt sont perdus tous les ans.
  • L’énergie solaire coûte 75% de moins qu’il y a six ans seulement.
  • La disparition des forêts contribue à l’émission à effets de serre à raison de 12 à 17% du total annuel.
  • 26,4 millions de personnes sont déplacées tous les ans par les catastrophes naturelles soit une personne à chaque seconde.

Extrait du scénario

Scène N°7 Route de Cherbourg

Alexandre, Marie et Jean, rentrent en voiture chez Jean de Kermadec. 

Alex est au volant. Ils sont arrêtés par un convoi militaire. Des sirènes, des policiers partout.

Marie : C’est quoi ce bordel ?

Jean de Kermadec : C’est les déchets.

Marie : Pardon ?

Jean de Kermadec : Les colis, tu ne connais pas ?

Marie : Tout est bloqué. On va mettre combien de temps pour rentrer ? Je voudrais bien prendre une douche, moi…

Jean de Kermadec : Là, tu vois, les gros trucs blancs, sur les camions, c’est ce qu’ils appellent des « colis ». C’est des putains de déchets de la Hague.

Marie : Et ils promènent ça comme ça, à l’air libre ? 

Alex : Les containers en béton sont absolument hermétiques. On fait ça depuis des années. C’est mon boulot, je sais de quoi je parle…

Jean de Kermadec : Tu as raison. Ça fait des années. Des merdes qui arrivent chez nous, tranquilou, depuis toute l’Europe, Angleterre, Allemagne et même de Fukushima !

Alex : Tu noircis le tableau, papa. Tu n’y connais rien. 

Marie : C’est comme ça tous les jours ?

Jean de Kermadec : Ben oui. Par la route, la mer, et aussi par le train. 

Alex : Arrête papa, c’est pas drôle. On dirait que tu fais tout pour qu’on s’en aille !

On entend des sifflets, des sirènes, des ordres policiers lancés tous azimuts.

Alex démarre enfin… 

On entend les infos en direct à la radio :

Journaliste info : France Bleue Cherbourg:

« Les sept tonnes de matière nucléaire en provenance du Royaume-Uni sont arrivées à Cherbourg lundi. Le convoi doit rallier la Suisse d'ici jeudi, sa destination finale. Des militants antinucléaires étaient présents pour le déchargement. »

Greenpeace a demandé vendredi à l'Autorité de sûreté nucléaire d'empêcher d'utiliser un bateau qui apparaît sur plusieurs listes noires au niveau international pour le transport prochain de déchets nucléaires australiens. Le navire BBC Shanghai doit charger jeudi à Cherbourg des combustibles radioactifs retraités par Orano à Beaumont-Hague.

Invité Pierre Barbey

Pierre BARBEY
Pierre BARBEY © Radio France / Valérie Priolet

Pierre Barbey est Maître de Conférences en Biologie cellulaire à l’Université de Caen/ Normandie. Spécialiste de la radioprotection, responsable de la prévention des risques radiologiques au sein de cette Université depuis un peu plus de 25 ans.

Pierre Barbey est aussi l’un des fondateurs de l’Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest (ACRO), créée à la suite de la catastrophe de Tchernobyl, dans un contexte de défaut d’information et pour répondre à une très forte demande citoyenne. Cette association est dotée d’un laboratoire indépendant d’analyse et de surveillance de la radioactivité dans l’environnement. Depuis sa création, il est Conseiller scientifique bénévole au sein de l’ACRO.

Et par ailleurs membre du Haut Comité pour l’Information, la Transparence et la Sécurité Nucléaire (HCTISN).

Le scénariste François Luciani 

François LUCIANI
François LUCIANI / François Luciani

Sa biographie ici et son blog là.

A signaler la sortie, après Miss Bomb(Michalon 2014), Apnée son deuxième roman, paru chez Fauves Editions.

Ressource complémentaire

le film documentaire Au pays du nucléaire  de Esther Hoffenberg, produit par the Factory

Générique

Un p’tit coin de paradis de François Luciani

Avec

  • Hervé Furic : Jean de Kermadec
  • Benjamin Jungers : Alex
  • Florence Lecorre : Marie
  • Mathilde Charbonneaux : Solange Abretout
  • Marie Bouvier : Morgane Tourville
  • Valérie Moinet : Clara
  • Et les voix de Sophie Lemp, Ralph Rousseau, Cécile Ribaut-Caillol
  • Bruitages : Bertrand Amiel
  • Prise de son, montage, mixage : Bernard Laniel, Dali Yaha
  • Assistante à la réalisation : Louise Loubrieu
  • Réalisation : Juliette Heymann

Programmation musicale :

  • Odezenne – "Nucléaire"
  • Dominique A – "Les Eoliennes"
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.