En 1976, apparaît un curieux tract sur les additifs et colorants triés comme cancérigènes, suspects ou inoffensifs. Attribué à l’Institut anti-cancéreux Gustave Roussy de Villejuif, il incite le consommateur à scruter les étiquettes des produits achetés. Mais c’est une fake news qui circule encore aujourd'hui.

Institut Gustave Roussy, hôpital de Villejuif (92)
Institut Gustave Roussy, hôpital de Villejuif (92) © Maxppp / Le Parisien

L’histoire de ce tract, c’est l’histoire de l’industrialisation de l’alimentation, d’un élément central de notre vie qui nous échappe : qui sait ce que contiennent ces produits transformés que l’on consomme désormais quotidiennement ? Ce tract, c’est l’histoire d’une société qui se transforme : des femmes qui s’émancipent et travaillent, l’émergence des supermarchés et des produits préparés pour pallier le manque de temps pour cuisiner de bons repas. Ce tract, c’est la cristallisation des peurs qui accompagnent ces changements profonds. Aujourd’hui, au cours de cette émission, nous allons tenter de retracer le fil de cette rumeur, le contexte qui a permis son éclosion et surtout : comment a-t-elle pu perdurer 45 ans ?

Un récit documentaire de Marjolaine Koch 

Invité : 

Pascal Froissart, enseignant-chercheur en communication à l’université Paris 8, auteur de « La rumeur : histoire et fantasmes » chez Belin.

Programmation musicale :  

  • Katerine : Poulet N° 728 120 (1999)
  • Fontaines DC :  I don't belong (2020)
  • Julien Doré : La fièvre (2020)
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.