Le 3 mars 2021, le Conseil des ministres dissout une association du nom de “Génération Identitaire”, un mouvement d’extrême-droite fondé en 2012. Son postulat : l. ’identité blanche européenne est en péril ; ses ennemis : l’immigration et l’islam.

28 mai 2016, à Paris, manifestation de Génération Identitaire contre les migrants
28 mai 2016, à Paris, manifestation de Génération Identitaire contre les migrants © AFP / MATTHIEU ALEXANDRE

Son idéal : la remigration, l’expulsion de tous les individus d’origine extra-européenne.  Mais Génération Identitaire, ce n’est pas l’extrême-droite façon skinheads et saluts fascistes. Aux bombers noirs et aux crânes rasés, ces jeunes gens préfèrent les chemises blanches et les cheveux bien coiffés. En apparence, ils sont respectables et bien élevés. Mais si la forme s’est arrangée, policée, normalisée, le fond, lui, reste le même : raciste et ultraviolent. Ils ne sont pas très nombreux, 3000 tout au plus. Ils ont pourtant réussi à faire parler d’eux et à devenir un réservoir dans lequel le Front National, devenu Rassemblement, recrute discrètement sa nouvelle génération… Génération Identitaire est dissoute, certes. Mais ses idées et certains de ses membres sont maintenant installés dans le paysage politique français.

Un récit documentaire de Romain Weber 

Invité : 

Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l'extrême-droite. Codirecteur de l'Observatoire des radicalités politiques. Chercheur rattaché à l’IRIS (Institut des relations internationales et stratégiques). Il est notamment l'auteur avec l'historien Nicolas Lebourg du livre : Les Droites extrêmes en Europe, paru au Seuil (2015) et co-auteur avec un collectif d'historiens et de sociologues, de : Ultras, extrêmes : les radicalités de gauche à droite, publié par la fondation Jean Jaurès (2016)

Discographie : 

  • Georges BRASSENS La ballade des gens qui sont nés quelque part (1972)
  • Rachid TAHA Voilà, voilà... (1993)
  • LONDON GRAMMAR Lose your head (2021)
L'équipe