Aujourd’hui, dans Affaires sensibles, l’assassinat du commandant Massoud en Afghanistan, deux jours avant le 11 septembre 2001.

Le commandant Ahmad Shah Massoud le 28 juin 2001, lors d'une interview avec l'AFP
Le commandant Ahmad Shah Massoud le 28 juin 2001, lors d'une interview avec l'AFP © AFP / Joel Robine

On se souvient tous du visage de cet homme coiffé de son béret traditionnel afghan, cette sorte de Che Guevara d’Orient dont on prenait des nouvelles régulièrement, ici en France, comme ailleurs, grâce à nos grands reporters et nos humanitaires, devenus des enfants du Panshir, le fief de Massoud. Son assassinat, le 9 septembre 2001, c’est le début de notre histoire contemporaine, de notre actualité, avec le terrorisme fondamentaliste islamique, celui du 11 septembre à New-York, des attentats à Londres, Madrid et désormais en France en plein cœur de Paris. Mais nous l’oublions souvent, les premières victimes de ces fous de dieux sont souvent des musulmans jugés pas assez ou mauvais croyants par ces fondamentalistes en Afghanistan, en Irak, au Sahel, au Yémen, au Mali, en Syrie et dans  d’autres pays... 

Un récit documentaire de Jean Bulot [une rediffusion datée du 14 janvier 2015]

Nouvel invité : 

Bruno Philip, grand reporter au Monde et ancien correspondant du quotidien en Asie du Sud. En 1996, il s'était rendu à Kaboul peu après l'entrée des Taliban dans la capitale. Son article vient d'être de nouveau publié dans le Monde et il est à lire ici (site payant)

Bruno Philip vient de publier L'Archipel des ombres. Un voyage en Indonésie, éditions des Equateurs (2021)

Discographie : 

  • MIOSSEC : Brûle (2001)
  • THE STROKES : Is this it (2001)
  • ARKSIDE : Lawmaker (2021)