Direction le Finistère aujourd’hui, avec Nicolas Stoufflet.

En Bretagne, si vaste territoire, on n’a que l’embarras du choix. Il y a quelques temps, nous étions allés sur la presqu’île de Lézardrieux, presqu’île sauvage dans les Côtes d’Armor.

Et c’est le côté sauvage qui nous pousse à nous rendre aujourd’hui dans la baie d’Audierne, dans le Finistère.

Certes, on est assez proche de la pointe du Raz et de la presqu’île de Crozon. Mais justement, on connaît moins la baie d’Audierne, moins prisée peut-être, parce que cet arc de cercle très long, situé entre Audierne, la Torche, et la pointe de Penmarc’h, est sans doute moins typique, plus plat. C’est une côte basse, presque monotone, sans port, sans rochers. Du sable pendant des kilomètres, des dunes basses, des cordons de galets, des marais, des étangs,  des roseaux et peu de retenues contre le vent… 

Oui, mais quelle virginité !  Pas de construction sur le littoral, des villages (comme Pouldreuzic ou Plonéour-Lanvern). 

Et un incroyable calvaire, à côté de la chapelle de Tronoën.

Quant à l’Océan, il n’est pas de tout repos, d’autant plus qu’on y trouve des baïnes,  ces creux dans le sable, invisibles à marée haute, qui créent des courants et peuvent mettre les baigneurs en danger. Donc, ne pas se baigner sans surveillance.

Une fois que je vous ai dit tout ça, vous allez aimer la baie d’Audierne, justement parce qu’elle offre autre chose qu’un simple lieu de villégiature statique. Vous pouvez par exemple emprunté « la route du vent solaire » (c’est son nom), un sentier de randonnée ponctué de panneaux d’information sur la baie, sa faune et sa flore.

Sur place, en pleine baie, Steven Hélias (animateur nature à la Maison de la baie d’Audierne).

Voir une vidéo sur le Pays Bigouden et la baie d'Audierne >>

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.