La chapelle de Ronchamp a été réalisée par Le Corbusier. "Ailleurs c'est ici", et c’est en Haute-Saône, avec Nicolas Stoufflet.

Notre Dame du Haut à Ronchamp
Notre Dame du Haut à Ronchamp © Getty

Le département de la Haute-Saône

On ne parle pas assez de la Haute-Saône, cette partie de la Franche-Comté. La Haute-Saône, c’est Vesoul, je ne vous referai pas le coup de la chanson de Brel, même si le grand Jacques a fait beaucoup pour la notoriété de la préfecture du département.

Il était une fois dans l’Est, la Haute-Saône. Département qui fut très industriel, forges, ferblanteries, hauts-fourneaux, mines… Il y a toujours de l’automobile et la construction de meubles en kit (en difficulté d’ailleurs), mais il faut reconnaître que l’histoire industrielle glorieuse semble derrière nous, provoquant une baisse du nombre d’habitants et la perte de services publics. Le déclin bien connu de certains territoires, des territoires que beaucoup semblent avoir oubliés. 

Cela dit, l’activité bien ancrée dans ce département surtout rural, c’est l’agriculture. Et derrière, pointe le tourisme. Et il y a encore un énorme potentiel, comme diraient les professionnels du secteur.

Pourquoi ? Parce que la Haute-Saône est un parfait condensé de ce que nous sommes supposés chercher, et de plus en plus. Vous avez des forêts, vous avez une partie de Vosges, vous avez la vallée de la Saône, vous avez des prairies, vous avez des fermes; vous avez des étangs, pas moins de mille, paraît-il, dans la partie nord-est du département, on l’appelle « la Petite Finlande ». Vous avez aussi des villages repérables de loin par des clochers typiquement comtois (clocher carré, avec un dôme qui forme des arêtes, souvent couvert de tuiles polychromes, comme à Belverne ou à Champagney.

La chapelle Notre-Dame-du-Haut

En Haute-Saône, excusez du peu, voici une chapelle inscrite au patrimoine mondial par l’UNESCO. Une chapelle qui n’a rien de comtois dans son genre. La chapelle Notre-Dame-du-Haut, sur le sommet d’une colline, à Ronchamp, dans l’Est du département numéro 70. 

Elle fut construite en 1955 sous la direction d’un certain Charles-Édouard Jeanneret-Gris, plus connu sous le nom de… Le Corbusier. 

En haut de la colline, rejoignons Morgane Blant-Boniou, la directrice du site de la chapelle Notre-Dame-du-Haut.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.