C'est notre voyage matinal en France, avec Nicolas Stoufflet. Aujourd’hui, en Vendée, avec un moulin à vent qui fonctionne depuis des siècles.

Un petit déjeuner au parfum de gâche vendéenne ce matin. La Vendée, immense département, souvent cité pour son dynamisme  économique, le fameux miracle de l’Ouest, avec l’agroalimentaire, l’élevage (connaissez-vous le canard de Challans?), la pêche, les moules et les huîtres, la construction nautique et le tourisme. 

Géographiquement, sur ce vaste territoire, on trouve du bocage, des marais, des villes petites ou moyennes… tout cela est aéré, parfois venté. Département n° 85, on s’amuse toujours à chercher les départements à partir des plaques minéralogiques, ça occupe les enfants. Vous pouvez jouer aussi à "quelle est la préfecture?"  Quelle est la préfecture de Vendée ? Eh bien, si vous aviez vécu avant 1804, vous auriez répondu Fontenay-le-Comte. Mais Napoléon a tout balayé, déclassant Fontenay au profit d’une ville qu’il a remodelée à sa gloire de Premier consul puis d’Empereur : La Roche-sur-Yon. Qu’il soit rassuré, là où il est, sa statue équestre trône toujours sur la place centrale, qui s’appelle…place Napoléon, où s’animent des animaux automates,  qui évoquent la Campagne d’Egypte.

Au pays de la mogette et du sel de Noirmoutier, vous êtes sans doute quatre millions à vous rendre chaque année pour le plaisir. La Vendée, c’est de deuxième département français d’accueil. Le Puy-du-Fou n’y est pas pour rien, le départ du Vendée-Globe aux Sables-d’Olonne non plus (le prochain partira cette année, le 8 novembre).

Mais surtout, c’est le trait de côte de quelques 250 kilomètres qui est l’objet de toutes les attirances. Des plages et des dunes à l’infini. Plus deux îles au caractère bien différent: D’une part, Noirmoutier, avec une partie plate très vendéenne et un bois de la Chaize presque méditerranéen. D’autre part l’île d’Yeu, plus isolée, plus sauvage, presque bretonne dans sa géologie. 

Face à l’île d’Yeu, sur le continent, deux stations balnéaires bien connues : Saint-Jean-de-Monts et Notre-Dame-de-Monts. Du sable, des dunes, des pins et, en arrière-plan, un marais, sillonné de canaux bordés de joncs et de roseaux. Très rapidement, on aperçoit, ce n’est pas un mirage, un moulin à vent. Pas un ces moulins auquel on a coupé les ailes et qui reste là un peu baba en regardant la Terre tourner sans pouvoir lui-même faire la roue.

Non, un moulin, avec de vraies ailes qui tournent et qui fait de la vraie farine. Et ceci depuis le milieu du 16° siècle. 

Devant le moulin de Rairé,  c’est son nom, Richard Billet, meunier du moulin.

Voir le site du moulin de Rairé >>

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.