Un reportage de Frédéric Ojardias, à Séoul, en Corée du Sud

Kim Jun-kon, directeur webtoon du site « Naver » : __

Les bandes-dessinées étaient scannées et distribuées illégalement sur Internet. Il a donc fallu trouver un nouveau modèle, qui permette aussi de faire du profit. C’est ainsi que sont nés les « webtoons ».

Ils rencontrent un succès phénoménal en Corée du Sud : les « webtoons », contraction des mots « web » et « cartoons », sont des bandes-dessinées gratuites, publiées sur Internet sous forme de feuilletons.

Elles ont supplanté les BD publiées au format papier, et les plus populaires sont même adaptées au cinéma, à la télévision ou pour des podcasts.

Dans le métro de Séoul, on voit beaucoup de jeunes passagers, penchés sur leur smartphone, en train de faire défiler du pouce leur bande-dessinée.

Kim Jun-kon, est le directeur « webtoon » du site Internet Naver, qui publie gratuitement ces BD :

Nous avons 17 millions de lecteurs par mois. Cela représente un tiers de la population coréenne ! La plupart lisent sur des supports mobiles, comme les téléphones.

Hye-mi, une étudiante de 23 ans, est une lectrice assidue :

Un épisode de webtoon se lit en 10 minutes-un quart d’heure : c’est parfait pour lire dans le bus ou dans le métro ! Ma BD préférée s’appelle « Le fromage dans le piège à souris ». Elle est publiée tous les jeudis. C’est une romance entre des étudiants, avec plein de garçons trop mignons ! Mais ce n’est pas qu’une simple histoire d'amour, il y a du mystère et du suspense ! Je suis vraiment accro à l’histoire.

Les webtoons génèrent un très fort trafic sur les sites web, lesquels rémunèrent ensuite les auteurs.

Comme Joo Hu-min, dessinateur et scénariste d’une série comico-ésotérique très populaire intitulée « Avec les Dieux » :

Lire des BD est devenu courant. Autrefois, les gens n’osaient pas sortir un manga de leur sac et le lire dans le métro. En Corée, il est important de sauver la face, et on pensait que lire des BD en public était honteux. Mais ça a changé et maintenant, tout le monde lit des webtoons dans le métro, en revenant du travail.

Ces « mangas du Net » ont permis l’émergence d’une nouvelle génération d’auteurs, qui bénéficie d’une plus grande liberté artistique. La lecture sur écran, de haut en bas, offre aussi de nouvelles possibilités d’écriture, comme l’explique Joo Hu-min :

Je peux créer des effets de zooms, ou encore laisser plus d’espace entre chaque image, pour faire monter la tension et le suspense au fur et à mesure que le lecteur fait défiler la BD… La grande différence avec les mangas classiques, c’est qu’on peut même se passer de cases ! Certains webtooons sont faits d’une seule et très longue image. La blague chez les auteurs, c’est de dire que quand on est publié au format papier, on devrait plutôt nous imprimer sur des rouleaux de papier toilette !

Le format papier est même en train de faire son retour : les webtoons les plus populaires sont ensuite imprimés sous forme de livres.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.