Un reportage deSarah Sakho,dans un collège ougandais à une cinquantaine de km de la capitale de l'Ouganda, Kampala.

John Bosco Ssalabwa,professeur principal du collège :

Le problème, c’est la rémunération. Le salaire est trop bas. Alors les profs cherchent d’autres sources de revenus pour survivre. C’est ce genre d’histoires qui les conduit à manquer l’école__

Kampala, Ouganda
Kampala, Ouganda © © Andrew Aitchison/In Pictures/Corbis

On connaît bien les absences répétées des mauvais élèves… On parle moins de l’absentéisme des professeurs. Pourtant en Ouganda, c’est un véritable fléau qui mine le secteur de l’éducation. Selon un chiffre de l’ong Transparency International, l’an passé, les professeurs ougandais ont chômé plus de 30% de leur temps de travail.

Devant l’ampleur du phénomène et les conséquences désastreuses sur les élèves, un dispositif original est testé dans certaines écoles. Un dispositif qui permet aux élèves de dénoncer leurs professeurs quant ces derniers « sèchent » les cours !

Des élèves attentifs... Un professeur qui fait la leçon… La scène peut paraître banale. Pourtant dans ce collège aux alentours de Kampala, la capitale, le cours de mathématiques est longtemps resté exceptionnel.

Stanley Mulindwa , 12 ans est délégué de classe. Il tient entre ses mains … un téléphone :

On a envoyé un SMS à Plan International pour dénoncer les absences du professeur de mathématiques. Et le prof de maths a été sommé de revenir faire les leçons.

Des messages anonymes et gratuits à destination de l’administration.

Ce système a été mis en place dans une centaine d’établissement par l’ong Plan International. A l’origine, pour faire participer les élèves à la vie de l’école. Mais le dispositif s’est vite révélé être un redoutable outil contre l’absentéisme des professeurs. Un fléau en Ouganda.

John Bosco Ssalabwa :

Avant 3 professeurs sur 10 étaient absents en moyenne. C’est énorme et des cours entiers n’étaient pas enseignés. Nous les profs, on séchait beaucoup ! Mais aujourd’hui avec ce nouveau système, les profs sont présents. Evidemment, personne ne tient à avoir de mauvais rapports(rires)

Avec 11 inspecteurs seulement pour 227 écoles, les professeurs de ce district avaient tout le loisir de faire l’école buissonnière. Généralement, pour boucler leur fin de mois.

Depuis l’introduction du dispositif SMS il y a un an, la responsable de l’éducation du district se frotte les mains.

Florence Bbosa :

Nous avons des écoles à près 40 km d’ici par exemple donc l’information vous revient après deux semaines ou à la fin du mois. Et ce que n’est que là que vous apprenez que le professeur n’était pas à son poste. Mais là, je peux savoir que le professeur est absent aujourd’hui et maintenant ! __

Avec un taux de fréquentation des professeurs de 99% dans les écoles pilotes, le projet est un succès. Plan International envisage de l’étendre à d’autres régions du pays.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.