En Suède, il n'est pas rare de croiser un papa Latte, un de ces jeunes pères de famille en congé parental qui se réunissent autour d'un café.

Nous sommes à Stockholm et vous venez d’entendre Bertrand, un papa latté comme on les appelle en Suède. En effet, ce Français expatrié en Suède, fait partie de ces jeunes pères de famille qui poussent un landau et partagent un café bien chaud devant l’école ou la crèche. Une image tout ce qu’il y a de plus normale en Suède, l’élève modèle en ce qui concerne l’égalité des genres. Un reportage à Stockholm de Sung-Shim Courier.

A quatre pattes derrière son fils Auguste, Bertrand affiche un sourire radieux. Pour ce Français, pouvoir passer autant de temps avec son enfant est une véritable chance. Le système suédois accorde jusqu’à 480 jours de congé parental, à se partager entre lui et sa compagne suédoise.

En route pour le barnerytmik, une activité d’éveil à travers la musique pour les tout-petits. Une aubaine pour ce papa musicien et son fils de presque un an et demi. Ici Bertrand est loin d’être une exception. A l’intérieur de la salle, Niklas est venu avec ses deux enfants et va commencer ses huit mois de congé parental.

C’est mon deuxième congé paternité. Je pense que c’est là qu’on construit une relation avec l’enfant. Avec l’allaitement, en général, c’est la femme qui commence. Là, je trouve que c’est une période où ce n’est pas facile d’apprendre à connaître son enfant parce qu’on ne passe pas autant de temps avec lui.

Lina est graphiste. Elle rentre tous les soirs du travail vers 18h. Après un diner préparé par Bertrand, la jeune maman passe un peu de temps avec Auguste. Pour Lina, il y a encore du chemin à parcourir avant qu’on puisse vraiment parler d’égalité entre les hommes et les femmes

Souvent on pense que c’est super bien ici, que on est égaux et que tout est bien mais dans tous les reportages que je lis, je vois qu’il y a encore du temps avant qu’on ait le même salaire pour le même travail entre les sexes. Il y a des choses à faire toujours. Comme, je dis que c’est naturel pour la femme de prendre le congé, c’est quelque chose qu’on félicite le père de faire.

Aujourd’hui, en Suède, presque un homme sur quatre prend un congé paternité. Et pour encourager la tendance, le gouvernement va même jusqu’à verser des indemnités supplémentaires à condition que le père s’arrête de travailler pendant au moins 135 jours.

Un père et son nouveau-né
Un père et son nouveau-né © AltoPress / Maxppp /
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.