C'est en Israël que les vegans sont les plus nombreux au monde. Dans l’Etat hébreu, même l'armée vient de se convertir au végétalisme.

__

Shuq Ha Carmel / Carmel Market: vegetable stall
Shuq Ha Carmel / Carmel Market: vegetable stall © Robert B. Fishman/dpa/Corbis

Et à Tel-Aviv, il y a 15 jours, le festival Vegan Fest a rassemblé 15.000 personnes.

Hot dog au petit pois, charwarma au tofu ou le goulash au seitan. Il ne se passe pas une semaine en Israël sans qu'un restaurant propose désormais son plat Vegan, végétalien ou qu'il s'autoproclame "Vegan Friendly". Les végétaliens, pour être précis, sont des végétariens version dure : ils refusent de manger de la viande mais aussi du lait, des oeufs, et du miel, tout ce qui a une origine animale. Ils sont loin des hippies végétariens d'antan et tiennent ici des discours très radicaux sur l'industrie agroalimentaire, allant jusqu'à dénoncer une "Shoah des animaux".

Plus qu'une mode, le végétalisme est en passe de devenir un phénomène de société en Israël. 4% des Israéliens se déclarent vegans, faisant de la Terre sainte le pays le plus végétalien au monde. Rien d'étonnant à ce que la firme américaine Dominos'pizza ait choisi Tel Aviv l'an dernier pour lancer sa pizza végétalienne, au fromage de soja gratiné.

La chanteuse Noa s'y est convertie, la gagnante de Big Brother à la téléréalité est une végétalienne, et même l'armée a du s'y mettre. Tsahal prpose depuis peu à ses soldats des bottes sans cuir ou des aliments de substitution. Benjamin Netanyhou, lui, ne s'est pas encore lancé dans l'aventure, mais il a quand même décidé de ne plus manger de viande le lundi.

A Jérusalem, Sébastien Laugénie

La Grande-Bretagne éponge ses dettes vieilles... d'un siècle et plus !

A Londres, Eric Albert

Direction la Grande-Bretagne à présent, où le gouvernement a annoncé qu’il allait rembourser des prêts qui datent de la Première guerre mondiale !

Près d’un siècle plus tard, Londres va payer 277 millions d’euros pour rembourser un grand emprunt national lancé en 1917.

Et ce n’est pas tout : il rembourse aussi des emprunts… des guerres napoléoniennes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.