Reportage de Marielle Vitureau , correspondante de Radio France dans les pays baltes

Loïc Salfati est l’auteur d’un webdocumentaire sur Romain Gary :

Le premier lien qui lie Romain Gary avec Vilnius, c'est le fait qu'il y soit né. Pendant longtemps c'était un fait qui n'était pas prouvé. Toute sa vie Romain gary a dit qu'il était né parfois à Vilnius, parfois à Moscou, parfois dans un train à la frontière.

Loïc Salfati est l’auteur d’un webdocumentaire sur Romain Gary et il publie une partie des documents inédits concernant l’écrivain qui ont été récemment découverts dans les archives lituaniennes. Ils éclairent sous un nouveau jour l’enfance de celui qui est né à Vilnius, il y a cent ans, le 8 mai 1914, sous le nom de Roman Kacew. Ces découvertes consacrent également le retour de Romain Gary sur sa terre natale. Celui qui a été tour à tour, pilote, écrivain, diplomate, est de plus en plus apprécié ici en Lituanie.

L’archiviste Elzbeta Simeleviciene a mis à jour un véritable trésor, jusque-là caché dans les rayonnages des archives lituaniennes.

Elzbeta Simeleviciene, archiviste :

Là, il s’agit d’une demande de Mina Kacew, sa mère, pour établir une pièce d’identité. Y est indiqué sa religion, sa profession, modiste, son domicile à Vilnius, 16, rue grande Pohulanka. Son fils Roman est également mentionné.

Les dossiers de carton marron des archives lituaniennes recèlent bien d’autres pépites. Passeports, extraits d’acte de naissance, photos et même documents en français, témoignages de l’installation de Romain Gary et de sa mère, à Nice à partir de 1928. Dans les années 1920, le futur écrivain et sa mère se rendent souvent en Italie, en Autriche ou même en Tchécoslovaquie. Sans ces voyages, Elzbeta Simeleviciene n’aurait pas découvert autant de documents.

Elzbeta Simeleviciene, archiviste :

Avant d’obtenir un nouveau passeport à validité limitée, il fallait restituer l’ancien document. Ils voyageaient beaucoup et ont souvent changé de documents d’identité. Voilà la raison pour laquelle ils sont à disposition aujourd’hui.

Depuis 2007, à quelques pas de l’ancien domicile de l’écrivain, se dresse une sculpture le représentant enfant, avalant une galoche, d’après une scène tirée de son roman autobiographique, la Promesse de l’aube. Elle a été érigée à l’initiative de l’acteur lituanien Romas Ramanauskas, artisan infatigable de la redécouverte de Romain Gary dans son pays natal.

Romas Ramanauskas :

J’ai vécu exactement de la même manière tous les épisodes qu’il décrit et qui concernent Vilnius. J’ai de véritables affinités avec cet homme originaire de Vilnius. Aujourd’hui, une dizaine de ses romans ont été traduits en lituanien. Les Lituaniens le considèrent désormais comme un des leurs.

En 2015, « la promesse de l’aube » dont les premières pages se déroulent à Vilnius, sera rééditée en lituanien pour la 7ième fois.

pour voir le documentaire, cliquez ici

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.