Un reportage deSébastien Gobert, à Kiev, en Ukraine

Maxim, jeune protestataire :

Au sous-sol, il y a une cantine. Ici, un petit poste médical, et là, il y a des gens qui dorment, des volontaires qui nettoient et qui aident.

statu quo en ukraine
statu quo en ukraine © reuters

Cela fait maintenant plus de deux mois que les contestations antigouvernementales ont commencéà Kiev, en Ukraine. Ce que décrit Maxim, jeune protestataire, c'est la maison de l'Ukraine, principal centre d'exposition de la capitale ukrainienne. C'était le musée de Lénine jusqu'en 1993 et depuis son occupation le 26 janvier, le lieu est devenu l’un des nouveaux quartiers généraux de la révolution.

A quelques centaines de mètres de la place de l'Indépendance occupée depuis deux mois, et à quelques encablures des barricades où se sont déroulés des affrontements meurtriers avec la police, l'emplacement est stratégique.

Quelques heures à peine après le début de l'occupation, des équipes de nettoyeurs passaient déjà le balai sans cesse, des volontaires circulaient avec des plateaux de sandwichs et de boissons chaudes, et des panneaux colorés donnaient les directions pour s'orienter.

A gauche de l'entrée, c'est le point de distribution des vêtements. Fidel , queue de cheval et barbe, la quarantaine, semblait être le premier surpris de l'afflux de dons :

Il est impossible de dire combien de vêtements on reçoit, mais on en reçoit beaucoup. Les habitants de Kiev, mais aussi d'autres villes, apportent des vêtements, de toutes tailles, pour tout le monde. Nous faisons le tri, et distribuons. Beaucoup de gens ont besoin de vêtements chauds, ici.

__

__

Avec la maison de l'Ukraine, les manifestants contrôlent désormais cinq bâtiments officiels du centre de Kiev, qui s'est transformé en un véritable village. Tout est coordonné par le quartier général de l'Euromaïdan, le mouvement de protestation antigouvernemental.

A l'étage, un point médical accueille de nombreux patients, avec de nombreux médicaments alignés sur une table.

Iouriy Victorovich est un docteur de formation, il est un des gérants volontaire du point médical :

Ce qu'on peut faire pour eux ici, c'est mener des consultations et donner des médicaments de base. Malheureusement nous n'avons pas d'unité de soin ou d'opération, mais nous pouvons faire ça. Et donner les premiers soins en cas de blessure.

Plusieurs groupes constitutifs du mouvement de protestation ont installé leurs locaux dans la maison de l'Ukraine. Mais aucun groupe ou parti politique ne contrôle l'endroit plus qu’un autre. Vitaliy est un jeune homme engagé dans le service de sécurité de la maison :

Quels partis politiques sont représentés ici ? Aucun parti politique, je dois dire. Nous sommes tous ici unis dans le même esprit, avec le même but, c'est de se débarrasser du Président, et c'est tout.

__

Dernière innovation de la maison : l'installation d'une bibliothèque en libre-service. Les documentalistes indiquent que des dizaines de personnes viennent emprunter et déposer des livres chaque jour.

Les contes pour enfants sont tout particulièrement populaires, car ils serviraient à se détendre après le stress des barricades.

Un jour, les protestations se termineront. Alors, l'occupation citoyenne et innovatrice du centre-ville de Kiev et de la maison de l'Ukraine deviendront, elles aussi, un conte à raconter aux générations futures.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.