D’une voix douce, l’animatrice Caroline aide les participantes à la soirée La beauté des dames à se détendre et à reprendre contact avec leur corps. La scène un brin New âge se déroule dans le Centre des femmes du quartier Dowtown Eastside de Vancouver au Canada, un quadrilatère de rue où dominent la toxicomanie, la prostitution, la vente de marchandises volées, et surtout la violence. Deux fois par semaine, des coiffeuses, des acupuncteurs, des masseurs bénévoles viennent prendre soin d’une population malmenée par la vie.

La vie sur les trottoirs du Downtown Eastside à Vancouver n’a rien de reposant. La tension est palpable entre les vendeurs de drogue, les toxicomanes en manque de doses, les prostituées en quête de clients. Mario, un Québécois qui habite le quartier, trouve la vie dure dans ce quadrilatère où habitent les laissés pour compte.

Mario

Ce qui me frappe le plus c’est de voir des jeunes qui viennent ici, c’est merveilleux Vancouver, c’est ci, c’est beau. Tu les revois peut-être 6 mois, un an après, plein de boutons partout à cause de la drogue, c’est quasiment comme des zombies. Pour moi ça me brise le cœur…

Dans ce contexte difficile, les habitants du quartier doivent souvent affronter des comportements violents, particulièrement les femmes. Caroline MacGillivray a eu l’idée de leur offrir un moment de douceur en mettant sur pied les soirées des dames, deux fois par semaine. Une vingtaine d’invitées s’y font maquiller, masser, coiffer gratuitement.

Caroline, animatrice

C’est un défi d’offrir des soins de santé avec un contact corporel. Beaucoup de femmes en effet ont déjà été battues et violées. Parfois, une simple conversation, où on leur témoigne du respect et où elles sont traitées avec dignité leur fait du bien. Cela peut paraître peu important, mais un simple massage du dos les raccroche à la réalité, leur permet d’avoir une meilleure estime d’elle-même. Fondamentalement, les humains ont surtout besoin de respect. Et je pense que c’est que nous offrons aux gens ici. Nous contribuons à leur faire sentir qu’ils appartiennent à une communauté, qu’ils font partie du groupe. Et on leur donne aussi la chance de rire….

Le temps d’une soirée, ces femmes malmenées par la vie peuvent à nouveau plaisanter ou discuter comme n’importe qui . Lui-même victime de préjugés avec son vernis à ongle et ses yeux maquillés, Alex adore prendre soin d’elles.

Alex, masseur lors des "Soirée des dames"

Lorsque vous entrez ici, vous n’avez plus à vous inquiéter d’être pris à partie par n’importe qui, ou d’être sollicité pour quelque chose. C’est un endroit sûr. Un peu comme une île de tranquillité, une oasis. Quand nous avons des bénévoles disponibles, on peut offrir des services de coiffure, de maquillage. Les femmes n’en reviennent pas à quel point cela les transforme. Quand elles se regardent dans le miroir, cela leur donne de la force. Et c’est magnifique!.

Plusieurs des bénévoles qui coiffent ou maquillent les autres ont elles-mêmes bénéficié de ces services par le passé. Peu à peu, les soins de beauté leur ont donné l’élan pour faire autre chose de leur vie.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.