Un reportage de Frédéric Ojardias, notre correspondant à Séoul, Corée du Sud

Une cliente d’hôtel-maternité :

C'est comme à l'hôtel mais avec des infirmières pour s'occuper des bébés. Donc on peut se reposer tranquillement. On passe les premiers moments avec son bébé en dehors du monde, c’est ce qu’il y a de mieux.

Cette jeune maman sud-coréenne parle d’un type d’établissement qui fleurit en Corée du Sud : les « hôtels maternités », des centres post-partum où les mères viennent deux à trois semaines après la naissance de leur bébé.

Les nouveaux nés sont pris en charge 24H/24 par des infirmières, les mamans peuvent dormir la nuit, et bénéficier de toute une gamme de services plus ou moins luxueux.

Bébé en couveuse
Bébé en couveuse © CC Tom & Katrien

Nous sommes dans le riche quartier de Gangnam, dans l’hôtel-maternité « La Madre », l’un des plus luxueux de Séoul. Yuri Hong est sa directrice.

Yuri Hong:

Nous avons un spa, que nous appelons « l’aire de repos ». Il vient d’Italie. Ici, nous faisons des massages pour les mamans, avant et après la naissance. Nous avons plusieurs pièces de massage. Ça c’est la salle des nouveau-nés. Dans cet étage, il n’y a que quatre bébés et des infirmières.

L’établissement compte 18 chambres. C’est là que Jun-Hyung, professeur de français, est venue se reposer après la naissance de ses jumeaux.

Hong Jun-hyung :

Il y a des massages compris, des cours de yoga personnels, et les trois repas sont fournis.

Tout ce luxe a un coût : deux semaines à "La Madre" coûtent entre 4 000 et 8 000 euros. Mais il existe en Corée des hôtels-maternité pour tous les budgets. Madame Im vient de passer deux semaines dans un établissement plus modeste. Elle estime que 80% des mères coréennes ont recours à ces centres.

Madame Im :

On dit en Corée que les mamans qui viennent d’accoucher ont besoin de soins qui les maintiennent dans un environnement chaud. D’habitude ce sont les parents qui les aident. Quand les parents ne sont pas là, les mères vont donc dans ces centres de soin postpartum. En plus, dans mon cas, c’était mon deuxième fils… et cela aurait été impossible de récupérer avec un autre enfant à la maison !

Bien sûr cela coûte cher, mais ces soins permettent aux mères de récupérer et de retourner rapidement à une vie normale, c’est pourquoi autant ont recours à ces services.

Ces établissements post-partum attirent même désormais des mères venus de l’étranger, se félicite la directrice de "La Madre"

Yuri Hong, la directrice : __

Nous avons parfois des clientes japonaises qui viennent accoucher en Corée juste pour profiter des services de notre établissement.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.