Un questions-réponses réalisé avec Jérôme Gavelle, en direct d'Auckland, en Nouvelle-Zélande

Cigarette
Cigarette © CC Tomasz Sienicki

Premier pays à avoir donné le droit de vote aux femmes en 1893, la Nouvelle-Zélande veut maintenant faire figure de pionnier dans la lutte anti-tabac et déclarer l’ensemble de l’île non-fumeur pour 2025. Ce pari est-il vraiment réalisable ?

En tout cas, c’est bien parti, car les espaces autorisés aux fumeurs se réduisent à vue d’œil.

Effectivement et le directeur de la santé publique de la ville d’Auckland vient de soumettre au Conseil municipal une proposition qui vise à interdire de fumer à l’extérieur dans tous les lieux publics. Ainsi, le centre-ville, les parcs, les stades, et même les plages pourraient bientôt être déclarés non-fumeurs. Une mesure dont la raison officielle est de protéger les enfants du tabagisme passif.

Les fumeurs pourront donc continuer à fumer à l’intérieur, mais seulement chez eux ou chez leurs amis fumeurs… Et seulement si les campagnes de publicité télévisées chocs montrant les risques de la fumée sur leurs enfants ou leurs amis non fumeurs ne les culpabilisent pas trop !

__

- Aujourd’hui, les espaces réservés aux fumeurs sont déjà restreints

La cigarette est interdite dans tous les lieux publics, cafés, restaurants, depuis 2003.

Mais à l’extérieur et à l’air libre, l’espace de liberté narcotique des fumeurs s’est restreint également en mai 2011 avec l’interdiction de fumer dans les parcs et près de tous les lieux fréquentés par les enfants, les écoles, les stades, ou les parcs de jeux.

Enfin, le 1er juillet dernier, toutes les prisons du pays ont été déclarées « non fumeur ». Des traitements préventifs ont été proposés aux prisonniers avant cette date pour les aider à arrêter.

- Comment les Néo-Zélandais prennent-ils ces mesures assez radicales ?

Plutôt bien en fait ! Pourtant 20% de la population fume. Une habitude qui tue environ 5 000 Kiwis chaque année.

Mais un récent sondage en ligne du quotidien New-Zealand Herald montre que 70% des personnes interrogées pensent que la proposition d’interdire la cigarette à l’extérieur dans Auckland est une excellente ou une bonne idée, contre seulement 27% qui trouve que cette proposition est scandaleuse et va beaucoup trop loin.

- Et elle risque sûrement d’être difficile à faire appliquer

C’est évidemment le point faible de cette proposition. On imagine mal les policiers municipaux dresser des procès-verbaux aux contrevenants.Des fumeurs qui, contrairement à leur automobile, n’ont pas de plaques d’immatriculation et pourraient facilement donner une fausse identité.

En outre, le contrôle d’identité n’existe quasiment pas en Nouvelle-Zélande.

- En revanche, augmenter le prix du tabac semble être une solution efficace ?

C’est évidemment l’arme de choc du gouvernement et il ne se prive pas de l’utiliser. Le tabac augmente chaque année avec la même régularité qu’un fumeur intoxiqué qui allume une nouvelle cigarette. Aujourd’hui un paquet de 20 cigarettes américaines coute environ 10 euros ici. Conséquence : le nombre des fumeurs est passé de 33% de la population en 1983, à 20% aujourd’hui.

Reste que les plus farouches opposants au tabac en Nouvelle-Zélande réclament toujours l’interdiction totale de la vente de cigarettes d’ici 2020, et qu’un récent sondage montre qu’une large majorité de Néo-Zélandais approuvent cette idée.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.