Reportage de David Baché , correspondant RFI au Mali

Quand même il faut reconnaître que le statut des femmes c’est un statut bas, un statut inférieur. Pour être au niveau des décisions, de la gestion de la chose publique, il faut qu’elles réagissent, qu’elles se fassent entendre. On fait la pression, ça marche !

Les droits des femmes au Mali
Les droits des femmes au Mali © David Baché

Les femmes ne bénéficient pas des mêmes droits que les hommes. C’est vrai dans le monde entier, où les écarts de salaire, pour ne citer que cela, demeurent une règle dans beaucoup de pays dits développés. C’est souvent plus vrai dans les pays les plus pauvres, et c’est encore plus vrai dans les pays en crise ou qui se relèvent d'une crise, comme au Mali. L'un des pays les plus pauvres du monde, qui a connu un Coup d'Etat puis l'occupation du Nord du pays par des groupes islamistes, au cours des deux dernières années. Aujourd'hui les autorités maliennes, soutenues par des institutions internationales, développent des stratégies pour promouvoir les droits des femmes sur le plan politique, économique ou juridique.

La première préoccupation des défenseurs des droits des femmes au Mali, c’est la question de leur représentation.

Les femmes constituent plus de la moitié de la population du pays, pourtant le gouvernement ne compte que 5 femmes sur 31 ministres, seules 14 femmes siègent à l’Assemblée nationale sur 147 députés, et moins de 10% des conseillers communaux du Mali sont des femmes.

Nana Traoré est la présidente du GPDCF, une coalition d’organisations maliennes de défense des droits des femmes.

Nana Traoré :

Aujourd’hui les femmes ne sont pas exclues effectivement dans le programme mais beaucoup aussi reste à faire, par rapport aux prises de décisions, par rapport au problème de représentativité qui est inégalitaire au Mali. Nous savons qu’au Mali les femmes ne participent pas aux prises de décisions même si elles participent, ce n’est que de manière timide.__

Un projet de loi instaurant un quota de 30% de femmes dans l’administration est à l’étude. Validé en conseil des ministres, il doit à présent être discuté à l’Assemblée nationale. Un premier examen, prévu le mois dernier, a déjà été reporté…

La politique nationale pour le genre, initiée par les autorités vise également à renforcer les capacités économiques des femmes. Exemple : d’ici 5 ans, des plateformes multifonctionnelles doivent être mises à disposition des femmes dans 5000 villages.

Kadiatou Samoura,secrétaire générale du ministère de la Femme :

Ce sont des instruments, des machines qui sont installés au niveau des communautés rurales. Il y a une machine centrale sur laquelle il y a la possibilité de brancher plusieurs installations pour faire la monture des céréales, et même les femmes qui sont dans les produits de cueillette tel que le karité, ou en tout cas faciliter la transformation de ces produits. __

Les droits des femmes au mali
Les droits des femmes au mali © David Baché

Il y a le développement, et il y a la protection. Notamment pour les femmes victimes de violences sexuelles dans le nord du pays, pendant l’occupation jihadiste. Les Nations unies, qui ont déjà mis en place des centres d’écoute, ouvriront un nouveau bureau à Gao d’ici la fin de l’année.

Rachelle Mian, de l’agence Onu-Femmes :

Il va changer de fait le suivi de tout ce que nous menons comme action là-bas, notamment la formation des militaires sur la protection des femmes des femmes en situation de conflit. Deuxièmement la lutte contre les violences basées sur les gens, nous prenons en charge les femmes survivantes de viol issues de la crise. En troisième lieu, l’assistance économique aux femmes et aux filles qui en ont besoin dans cette localité-là pour augmenter le pouvoir économique des femmes, et en quatrième lieu les questions en rapport avec la cohésion sociale et le vivre-ensemble au niveau du Nord du pays.__

Plus de 170 cas de femmes victimes de violences sexuelles dans le Nord pendant l’occupation ont pu être recensés par les associations. Une quarantaine de plaintes ont été déposées.

Une femme à Fama où la population est partie pour 60% à cause du manque de nourriture et des bombardements.
Une femme à Fama où la population est partie pour 60% à cause du manque de nourriture et des bombardements. © Trevor Snapp/Corbis
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.