Un reportage signé Coralie Garandeau à Los Angeles, en Californie

Carol Arredondo : « Beaucoup de femmes enceintes qui montaient et descendaient la colline pour faire de l'exercice s'arrêtaient devant ma maison pour se prendre en photos comme des touristes et allaient vers là-bas… »

Drapeau américain
Drapeau américain © Radio France / Patrick Charles

Carol Arredondoest une habitante de la ville de Chino Hills, en Californie. Il y a quelques mois, elle a découvert que son voisin tenait dans sa vaste demeure un hôtel maternité pour accueillir des femmes venues pour la plupart de Chine, qui viennent mettre au monde leur enfant sur le sol américain en l’échange d’importantes sommes d’argent.

Un commerce qui a créé la stupeur dans le comté de Los Angeles.

Un premier procès se tiendra le 19 février.

Chino Hills est une ville dortoir très tranquille, de grosses villas posées sur des collines vertes. Les habitants de ce quartier très résidentiel trouvent plutôt insolite de croiser des femmes enceintes asiatiques. Carol vit ici. Elle découvre que ces touristes venues de Chine sont les résidentes payantes d'une demeure voisine.

Carol Arredondo : « Un de nos voisins faisait son jogging un matin est allé parler à une de ces femmes. Elle lui a dit qu'elle avait payé 5000 dollars pour sa chambre et que la maison était pleine. On accouche, on se repose ici et on repart. Elle s'est confiée à lui car il est Chinois. »

Alertés par Carole et ses voisins, la police de Chino Hills mène l'enquête sur cet hôtel maternité. Une maison de 7 chambres à l'origine en a aujourd'hui 17, et autant de salles de bains, ainsi qu'une réception et une salle à manger. La publicité pour ce lieu est faite en direction des couples asiatiques via plusieurs sites Internet. Un vrai business, très organisé.

Rossana Mitchell est avocate.

Rossana Mitchell : « Les femmes restaient dans une résidence pendant leur second et troisième trimestres et vers la fin de leur grossesse, elles résidaient dans la grosse villa. Quand elles faisaient la demande de visa touriste, on leur disait qu'elles ne devaient pas révéler leur grossesse, qu'elles devaient la cacher avec des vêtements amples. D'après le site web, c'était tout un processus. Quand on a découvert ce qu'il se passait, on était très affectés. Ca va complètement contre nos valeurs, ce n'est pas du tout américain et on ne veut absolument pas d'une activité pareille ici. »

Pourtant, venir accoucher aux Etats Unis n'a rien d'illégal. Grace au 14ème amendement, tout enfant né sur le sol est automatiquement américain. Un sésame que certains ont obtenu après de longues années de travail et d'attente. Alfonso Lu donne des cours d'anglais à l'association des Chinois-américains de Chino Hills. Il a quitté la Chine depuis 25 ans et estime que le droit à l'immigration américaine doit être révisé.

Alfonso Lu : « Il va y avoir une réforme de l'immigration qui doit passer bientôt. Peut-être qu'on peut y ajouter une condition pour les visiteurs étrangers, les touristes, qui accouchent aux Etats-Unis. Il faudrait que leurs enfants passent par la voie normale pour obtenir la nationalité : d'abord être un immigré, rester 5 ans, et ensuite, s’ils veulent se débarrasser du statut d'immigré, ils pourront devenir citoyen américain . »

Pour faire fermer la maternité clandestine, la ville a fait jouer la non conformité des lieux : maison agrandie sans permis, fosse sceptique insuffisante. Une histoire qui a fait naître d'autres plaintes, contre d'autres maternités hôtels. Près de soixante sont déposées sur le comté de Los Angeles.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.