Quand je vivais à Los Angeles, tout le monde me disait « tu es si menue ». (rire), mais ici, en Corée du Sud, je suis la plus grosse fille de tout mon entourage… C’est difficile à comprendre !

Nous sommes à Séoul et nous venons d’entendreKim Gee-yang, une modèle « grande taille » de Corée du Sud. Si à nos yeux d’occidentaux elle apparaît juste un peu ronde… dans un pays où l'obsession pour la minceur atteint des sommets, avec ses 165 cm et ses 73 kg, elle est considérée comme… obèse. En Corée, les brimades contre les gens jugés trop gros sont quotidiennes et Kim Gee-yang se bat pour changer cette perception… notamment en créant un magazine pour les personnes « XXL ».Reportage à Séoul du correspondant de RFI, Frédéric Ojardias.

Les premières brimades sont venues de ma famille. Ma mère me disait toujours : tu es trop grosse. Plus maintenant. Mais il y a cinq ans (rires) elle était très dure avec moi. Récemment, une amie m’a raconté qu’elle était sortie et qu’elle regardait un inconnu. Celui-ci lui a dit : « qu’est-ce que tu regardes, espèce de truie ? ». Ce genre de chose est très courant en Corée. C’est pourquoi [certaines femmes] ne veulent pas sortir dehors. Il y a tant de Coréens qui souffrent à cause de ces standards de beauté trop stricts ! J’ai voulu faire voler tout cela en éclats.

Kim Gee-yang, 29 ans, a lancé il y a deux ans, 66-100 , un magazine dédié aux personnes rondes. Interviews, photos, articles de mode : son magazine dénonce la violence des regards et de la discrimination. Le ton est militant et provocateur : sur une couverture, Kim Gee-yang pose, dénudée, les yeux fermés par le plaisir, devant un pied de porc grillé.

Au-delà de la seule question du poids, 66-100 défend aussi le simple droit à la différence. Paek Ji-hee, rédactrice du magazine.

Tous les médias disent qu’il faut être maigre, et ils font de la maigreur un modèle de perfection. Mais depuis qu’il a été lancé, notre magazine remet cette vision en doute, et je pense qu’il contribue à changer un petit peu notre société. Et quand je vois les réactions [positives] que nous recevons, cela me donne de l’espoir, et je pense que le futur sera un peu différent !

Une affiche publicitaire à Séoul, en Corée du Sud.
Une affiche publicitaire à Séoul, en Corée du Sud. © YAO QILIN/LANDOV/MAXPPP
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.