• Vu de la Grande-Bretagne - par Franck Mathevon

__

A Londres, la victoire de François Hollande, l’homme qui veut renégocier le traité fiscal européen, est perçue comme une victoire sur l’austérité.

Une mauvaise nouvelle, bien sûr, pour les conservateurs au pouvoir et leur politique de rigueur budgétaire. A les entendre, le nouveau président français va creuses les déficits et aggraver la crise de l’euro, qui touche aussi le Royaume-Uni.« Au revoir Austerity » résume en Une, dans un mélange d’anglais et de français, le Daily Mail , tabloïd classé à droite.

A l’inverse, les travaillistes voient dans le résultat de l’élection française une excellente nouvelle pour la croissance en Europe. Quant aux banques de la puissance City, elles se méfient du discours anti finance du socialiste pendant la campagne.

Certains journaux annoncent le prochain exil à Londres de riches Français fuyant les hausses d’impôt. Hier, David Cameron, qui avait soutenu Nicolas Sarkozy, a appelé François Hollande pour le féliciter : un coup de fil qualifié de « chaleureux » et « cordial » ; les sujets qui fâchent viendront plus tard.

  • Vu d'Espagne - par Marie-Hélène Ballestero

Ici à Madrid, la victoire de François Hollande fait la une de tous les quotidiens. Depuis plusieurs jours, l'Espagne avait les yeux totalement rivés sur son voisin, comme si son destin dépendait de ce qui allait se passer en France. D'ailleurs, le mot qui revient le plus

Souvent, c'est le « changement ». François Hollande symbolise le possible changement pour les Espagnols. __

El País , de centre-gauche, titre « Hollande pousse vers une autre Europe », tout en s'interrogeant sur sa capacité réelle à faire changer la politique européenne, en remplaçant l'austérité par la croissance.C'est la même question que se pose La Vanguardia , qui voit en Hollande une lumière d'espoir face à la pression des marchés, « comme lors de la victoire émouvante d'Obama », affirme le quotidien catalan.

Mais tous ne sont pas enthousiastes.

Le conservateur El Mundo reste beaucoup plus sceptique et titre « La victoire d'Hollande apporte l'incertitude en Europe ».

  • Vu d'Allemagne - par Lise Jolly
Presse allemande
Presse allemande © Chourka Glogowski

En Allemagne, plusieurs tonalités pour commenter la victoire de François Hollande.

D’abord, celle des milieux politiques avec le ministre des Affaires étrangères, Guido Westevelle, qui salue une victoire historique, qui est sûr que le travail étroit en la France et l’Allemagne va se poursuivre et qu’en plus du pacte budgétaire, les deux pays vont pouvoir travailler ensemble à un pacte de croissance.

La presse, elle, est moins enthousiaste. « Le président qui devrait décevoir la France » titre le Spiegel on line , qui aligne déjà les travaux d’Hercule que François Hollande va devoir affronter.

Le Tagesspiegel voit la France « quitter symboliquement l'Europe du Nord pour le Sud, et s’éloigner de la discipline budgétaire ». Le journal voit aussi l'Allemagne rester avec « peu, trop peu, d'alliés ». Et « si les marchés perdent confiance en la France, poursuit le journal, cela affaiblira l’Euro ».

Le Financial Times Deutschland estime, lui, que c’est « un tournant pour Merkel », car l’élection affaiblit sa suprématie en matière de rigueur en Europe.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.