Un reportage de Patrice Gouy, à Mexico, au Mexique

Rosario Paysanne de l’état du Durango :

On n’a plus rien à donner à nos bêtes. C’est la sécheresse. Lundi, elles ont mangé des cactus, regardez, il n’y en a plus. On ne peut rien faire, elles vont mourir.

Sergio Rico nous montre l'eau solide
Sergio Rico nous montre l'eau solide © Radio France

Au Mexique, un pays où des pans entiers de terres agricoles sont touchés par la sécheresse et le changement climatique, une solution pourrait être en passe d’être trouvée puisqu’un ingénieur chimiste de l’Institut Polytechnique national est en train de mettre au point une invention révolutionnaire : la pluie solide. Un procédé très simple et peu coûteux.

Sergio Rico est un professeur Nimbus qui travaille sur les problèmes de pauvreté, de famine et de migration qui existent au nord du Mexique ou les sécheresses sont terribles. Il a cherché comment mieux utiliser les faibles pluies qui tombent sur ses zones arides. Ingénieur chimiste, il a trouvé la solution dans les polymères ; grâce a une formule secrète, il parvient à solidifie l’eau de pluie en versant du poly-acrylate de potassium dans l’eau. En 15 minutes, l’eau se transforme en grains transparents à l’état solide.

Le professeur Sergio Rico :

Ce n’est qu’une technologie d’irrigation qui optimise l’utilisation de l’eau de pluie. Avec des polymères légèrement modifiés, nous pouvons conserver en sac l’eau solide au lieu de la garder dans des récipients sous forme liquide. On peut de ce fait plus facilement la transporter, cela évite les tuyaux, les pompes, l’énergie électrique et les camions citernes. En mettant cette eau solide aux racines des plantes le cultivateur économise 90 % des couts d’irrigation. C’est une assurance-vie pour sa production agricole et en plus des économies qu’il réalise, elle améliore considérablement les rendements.

Le poly-acrylate de potassium permet de gélifier les liquides. Mélangé à la terre, il entoure la racine des plantes, qui est maintenue humide pendant plusieurs mois. La plante peut alors se développer sans aucun stress, car elle sait qu’elle peut compter sur l’exacte quantité d’eau qui lui est nécessaire. Pour Elia Garcia, agronome, c’est une solution qui permet de faire face au changement climatique:

Avec le changement climatique, on sait de moins en moins quand les pluies vont commencer et quand elles vont s’arrêter. Avec cette technologie, le jour où il pleut, nous pouvons récupérer l’eau qui tombe, la solidifier et la mettre en sacs pour la conserver. Cela nous permet d’avoir de l’eau à notre disposition pour mieux décider quel est le moment propice pour semer. Cela est très important car cette technologie nous permet de ne jamais perdre une récolte à cause d’une mauvaise saison des pluies. C’est donc une bonne réponse aux sécheresses et à l’incertitude du changement climatique.

Pour Sergio Rico , c’est la solution de l’avenir :

La pluie solide va aider à réduire la faim dans le monde, la pauvreté et l’émigration. Quand on parvient à résoudre le problème de l’eau dans une communauté qui est en extrême pauvreté, cela à des implications qui bénéficient à tout le village. Un grand nombre de gouvernements parlent de réduire la pauvreté, une des réponses possible est cette pluie solide.

Nominé pour le prix mondial de l’eau qu’organise l’Institut International de Stockholm, Sergio Rico espère bien emporter la palme l’an prochain. Ce serait alors le coup de pouce nécessaire pour une application mondiale.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.