Un reportage de Mouhssine Ennaïmi, dans la vallée de Jourdain, en territoires palestiniens

Sarit Michaelli, de l'ONG israélienne Betselem :« Israël est tenue par le droit international d'autoriser les Palestiniens à planifier et à construire. Or, ce n'est pas la politique pratiquée et cela affecte des dizaines de milliers de Palestiniens dans la zone C ».

__

Bâtiment détruit Palestine
Bâtiment détruit Palestine © gloucester2gaza
Bâtiment détruit en Palestine
Bâtiment détruit en Palestine © Radio France

Sarit Michaelli, de l'ONG israél ienne Betselem, dénonce les démolitions de maisons des Palestiniens par Israël dans la zone C de la Cisjordanie. Depuis les accords d'Oslo, les territoires palestiniens sont divisés en trois secteurs, selon que les autorités civiles et militaires dépendent du gouvernement palestinien ou du gouvernement israélien. En zone C (qui couvre les 2/3 de la Cisjordanie), les Palestiniens vivent sous le contrôle total des Israéliens. Dans la vallée du Jourdain, les démolitions ont été multipliées par 5 depuis un an.

Dans la vallée du Jourdain, les habitations sont presque toutes les mêmes : construites en boue séchée, avec des pneus usés pour empêcher le vent d'emporter les toits en zinc. A l'intérieur de ces baraquements de fortune, la chaleur est étouffante. Plus de 40 degrés la journée. Le hameau où nous sommes est encerclé par 4 check-points israéliens. Ahmed et sa famille ont toujours vécus à Jif-Tlik. Son champ se trouve à quelques mètres de là, mais l'accès y est restreint.

Ahmed : « Le problème principal ici concerne les champs agricoles de l'autre côté de la route 90, qui ne sont accessibles que de 6h du matin à 6h du soir… Or, nous savons bien qu'il est préférable d’utiliser les pesticides la nuit, lorsque les émanations sont moins toxiques, de même qu'il vaut mieux d'irriguer la nuit pour éviter l'évaporation et le gâchis d'eau dû aux fortes chaleurs durant la journée ».

__

En Zone C, les demandes de permis de construire des Palestiniens sont quasi systématiquement déboutées par les instances israéliennes, forçant ainsi les fermiers à construire illégalement. Iyad, 27 ans, élève plus de 3.000 moutons sous un hangar précaire. Il y a quelques mois, l'armée a réduit sa maison en un tas de ciment et de ferraille.

__

Iyad : « Nous habitions là, dans cette maison. Il n'y avait pas de problème particulier avec les colons, jusqu'au jour où ils ont posé des barrières autour de mon exploitation. Ils nous ont assiégés pendant un mois ! Puis, un jour, très tôt, vers 5 heures du matin, un bulldozer de l'armée est venu détruire nos constructions. Je leur ai demandé pourquoi ils faisaient ça. Ils m'ont répondu que cette terre était la leur et qu'ils voulaient que l'on dégage d'ici ! »

Laura travaille dans cette région difficile depuis plus de 5 ans. Elle assiste au départ progressif des fermiers palestiniens.

Laura : « Quasiment tous les jours, on nous appelle pour nous dire qu’il y a une famille qui a reçu un ordre de démolition. Nous, on est là pour reconstruire à chaque fois qu’il y a des démolitions. La plupart des hommes que vous voyez travaille dans les colonies, parce que maintenant, ils n’ont plus de terres. Avant, ils cultivaient leur terre. Maintenant, ils cultivent leur terre, mais qui ne leur appartient plus ! »

Et les écoles ne sont pas épargnées par les démolitions. Une trentaine risque de disparaître, comme celles de Kabhnee et de Khan Amar, près de Jericho.

Catherine Weibel, responsable de la communication chez Unicef : « Les écoles que vous voyez ici, ce sont toutes des écoles en sursis. Toutes ces écoles ont reçu des ordres de démolition de la part des autorités israéliennes. Cela signifie que dans les communautés bédouines, les garçons se retrouvent à élever les chèvres sans aucune possibilité d’apprendre à lire et à écrire et les petites filles, elles, seront carrément coincées à la maison »

Quant aux colonies en Cisjordanie c'est le phénomène inverse qui se produit : elles s'agrandissent d'année en année, essentiellement grâce aux conditions économiques favorables, octroyées par le gouvernement israélien.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.