Un reportage de , correspondante à Tallinn, Estonie

Kert, jeune linguiste :

Ma déclaration de revenus, je le fais en trois clics sur internet, j’ai voté récemment sur Internet, là, il faut que je renouvelle mon permis de conduire et là encore, il me suffit de trois clicks et d’une visite médicale. En fait la vie est tellement facile.__

Kert est une jeune linguiste. Tout cela n’a rien de bien étonnant en Estonie. Ce pays balte le plus au nord de tous, autrefois république soviétique a reconquis son indépendance il y a 25 ans et a fait des nouvelles technologies l’un des moteurs de son développement. A Tallinn, tout ou presque se conjugue à la mode numérique. C’est un reportage de Marielle Vitureau.

En Estonie, tout ou presque se passe sur la toile. Comment tout cela a-t-il été possible ?

Juri Kaljundi dirigeant d’une pépinière pour startups :

Dès les années 80's-90's, les enseignements technologiques étaient très développés en Estonie. Les fondateurs de Skype créaient des jeux pour ordinateurs dès les années 80 alors que c’était ici encore l’Union Nous n’avions pas non plus un héritage technologique encombrant. Les équipes gouvernementales étaient très jeunes. Plusieurs projets ont été lancés, comme le saut du tigre qui a permis d’équiper toutes les écoles en ordinateurs et avec Internet.__

Numérique à l'école
Numérique à l'école ©

Ce sont les banques les premières qui ont lancé le mouvement de la numérisation. Le système de la carte d’identité connectée a été mis en place au début des années 2000. Sa puce intégrée et ses deux codes permettent d’avoir accès à une foule de services, comme voter ou consulter son dossier médical. L’économie estonienne se numérise de plus en plus.

Ott Jalakas, fondateur de Lingvist, une école de langue sur le net :

En créant une école de langues ici, nous nous limiterions au public estonien, alors que nous avons déjà des clients dans le monde entier. Je pense que c’est là la raison pour laquelle les startups estoniennes réussissent si bien, c’est parce que notre marché local est trop petit, 1 million de personnes. Nous ne pouvons pas nous contenter de cela. Il faut viser l’international et ce dès les débuts.__

Après l’enseignement de la programmation informatique à l’école, l’Estonie lance aujourd’hui la e-citoyenneté. Une carte d’identité sans photo offerte à tous pour avoir accès aux services en ligne numérique, comme tous les véritables citoyens estoniens. Une manière d’attirer de nouveaux clients pour le pays. L’évolution de la société vers plus de numérique n’est pas remise en question par les citoyens.

Margus Vihalem, philosophe :

Il y a aussi peut-être ce retard que nous les Estoniens nous avons cumulé par rapport à l’Europe de l’Ouest. On a vu dans cette révolution portée par les nouvelles technologies un avantage sur l’Europe de l’Ouest.__

Mais ce conte de fée numérique ne doit pas faire oublier que les problèmes sociaux demeurent en Estonie. C’est le pays où l’écart salarial de 30% entre les hommes et les femmes est le plus important d’Europe.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.