Reportage de Sung-Shim Courier, correspondante au Danemark

Carole Indiana :

Savoir que c’est ici que tout a commencé, c’est vraiment bien. Parce que tout le monde connaît Légo, mais c’est encore mieux de savoir que tout est parti de cette toute petite ville. Moi aussi je viens d’un trou perdu au milieu de nulle part et ce n’est pas si terrible, vous savez!

Billund, ce nom ne vous dit peut-être rien pourtant cette ville est la deuxième attraction touristique du Danemark, après Copenhague. Et pour cause, il s’agit du lieu de naissance de la plus célèbre brique au monde, la brique Légo. Une histoire qui dure depuis trois générations et qui est intimement lié à celle de cette petite ville au milieu de la campagne danoise. Grâce à Légo, Billund a désormais son parc d’attractions et son aéroport.

A quelques cinq cents mètres du parc Légoland, La municipalité de Billund affiche un sourire radieux. Ici, ses 6 000 habitants ne connaissent presque pas le chômage. Bien mieux, Billund attire des employés de toute la région.

Morten Karlsbjerg, directeur de promotion des entreprises de Billund :

On peut résumer tout ça d’une façon très simple. Si Légo n’avait pas existé, la ville de Billund n’aurait jamais été ce qu’elle est aujourd’hui. Il y a beaucoup d’exemples à donner, mais surtout en terme d’emplois parce qu’aujourd’hui Légo est une énorme multinationale et rien qu’ici, l’entreprise Légo, pas le parc, juste l’entreprise compte déjà 4000 emplois. Notre taux de chômage est du coup très bas. Il y a de nombreux navetteurs qui viennent travailler ici. Donc nous sommes privilégiés et nous en sommes très heureux.

Grâce à Légo, la bourgade Billund qui ne compte que quelques 6000 habitants, peut se targuer d’avoir un centre culturel mais aussi un aéroport international.__

Morten Karlsbjerg, directeur de promotion des entreprises de Billund :

Le bruit que vous pouvez entendre derrière moi c’est un bruit qu’on entend très souvent ici à Billund. C’est celui des avions qui atterrissent ou qui décollent de l’aéroport international de Billund, le plus gros aéroport du Danemark en dehors de celui de la capitale. Et encore une fois, c’est sans aucun doute parce que Légo se trouve à Billund que cet aéroport se retrouve ici. C’était il y a 50 ans quand le patron de Légo a décidé de faire construire un aéroport international pour que ses clients puissent aller et venir plus facilement. Alors il s’est dit que le moyen le plus simple de les faire voyager était de construire cet aéroport.

Voisin du Parc Légoland, le siège du groupe Légo. Avant de devenir cet empire du jouet, Légo est né de l’imagination de Ole Kirk Kristiansen, un menuisier avec de la suite dans les idées. Le nom « Légo » vient de la combinaison des mots danois « jouer » et « bien ». Les jouets, c’est du sérieux, peut-être parce que ses produits s’adressent aux enfants, Lego respecte plus que tout la vie de famille de ses employés, comme le rappelle Roar Trangbaek responsable de la communication de Légo :

Ma chef, par exemple, tient à ce que j’ai une vie privée épanouie. J’ai deux enfants de 2 et 4 ans et quand mon dernier est né, c’est elle qui est venue vers moi et m’a dit que je devais prendre un peu de temps pour moi pour être avec mon enfant. Alors j’ai pris trois mois de congé parental et c’était avec la bénédiction de ma boss. Alors, c’est plutôt un signe de bonne ambiance de travail.

Légo scientifique féminin
Légo scientifique féminin © LEGO group / LEGO group

Le groupe Légo compte au total plus de 13 000 employés et est aujourd’hui présent dans le monde entier. Avec une capacité d’investissement de plus de plus de 350 millions d’euros, il vise désormais le marche asiatique pour se développer, en particulier en Chine, depuis Shanghai. Mais la marque a bien l’intention de garder son siège à Billund là où tout a commencé.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.