Un questions-réponses réalisé avec Sébastien Farcis, en direct de Bombay, en Inde

Jeune mariée indienne
Jeune mariée indienne © BriceFR

Une jeune résidente du Rajasthan, âgée de 18 ans, vient d’obtenir l’annulation du contrat de mariage qui avait été passé par ses parents alors qu’elle-même n’avait qu’un an. Une réussite exceptionnelle et rare, dans un pays où de très nombreux mariages de mineurs sont organisés pour des raisons économiques ou religieuses.

Comment cette jeune femme est-elle parvenue à se libérer de ce contrat ?

Il faut d’abord savoir que cette fille, qui s’appelle Laxmi, a appris il deux semaines seulement qu’elle avait été mariée quand elle était bébé. Laxmi venait d’avoir 18 ans et la belle famille est donc venue chez elle pour lui demander d’aller habiter avec eux et de consommer ce mariage. Laxmi a alors paniqué, surtout qu’elle a appris en même temps qu’une autre fille, mariée à un des garçons de la famille, s’était récemment suicidée.

Par chance, elle a rencontré une psychologue, qui a servi de conciliateur. Celle-ci a réuni les deux familles, et les a convaincues que cette union ne pouvait pas être valide, car selon les traditions hindoues, les époux doivent prononcer leur vœu de mariage avant de tourner autour d’un feu... Or ceci n’a pu être fait quand ils étaient bébés. A cette époque, ce sont les parents qui l’ont fait à leur place !

- Cet exemple est un signe d’espoir, mais c’est encore un cas exceptionnel en Inde

Tout à fait. On estime que 60% des filles en Inde sont mariées avant l’âge légal de 18 ans. Ces unions sont donc illégales, et en vertu de la loi de 2006 contre le mariage d’enfants, les parents qui les organisent peuvent encourir une peine de prison.

Mais dans les faits, les élus locaux tolèrent, voire soutiennent ces unions, car elles font partie d’une culture traditionnelle ancestrale, surtout dans les régions du Nord de l’Inde.

Là, les parents estiment souvent que ce mariage précoce protègera les filles contre les viols pendant son adolescence. Ils les célèbrent aussi parfois pour des raisons religieuses, ou économiques : quand on marie un enfant, on n’est pas obligé d’organiser une réception somptueuse, qui ruinera le foyer. Et la dot offerte par la famille de la fille sera également moins élevée quand les mariés sont petits.

- Est-ce qu’on constate tout de même quelques progrès dans certaines régions ?

Les mentalités changent doucement : grâce à des campagnes de sensibilisation, certains élus interdisent ces mariages d’enfants dans leur village. L’Etat du Bihar, dans le Nord du pays, offre lui des subventions aux parents qui attendent que la fille ait atteint 18 ans pour la marier.

Mais pour réussir à faire vraiment reculer ces unions et offrir une plus grande autonomie aux filles, il faudra avant tout leur fournir une bonne éducation de base.

Or aujourd’hui, ces femmes des campagnes sont souvent totalement illettrées.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.