Un reportage signé Frédéric Ojardias, sur l'île de Jeju, au large de la Corée du Sud

Ile de Jeju
Ile de Jeju © Radio France

Choi Sung-hee, militante : « Chaque fois que les camions de construction veulent entrer ou sortir, les militants bloquent les deux entrées du chantier avec leur corps. C’est pourquoi la police est mobilisée pour les sortir du passage. »

Cette militante sud-coréenne anti-armes nucléaires tente d’empêcher la construction d’une base navale sur l’île de Jeju, au large de la Corée du Sud, à côté d’un petit village de pêcheurs. Des villageois qui, rejoints par des militants écologistes, pacifistes et religieux, refusent de voir leur île servir de plate-forme à la nouvelle politique militaire américaine d’endiguement de la Chine dans le Pacifique.

A Jeju, les affrontements entre les militants et la police sont quotidiens.

Ambiance de siège dans le village de Gangjeong. Le long d’une côte idyllique, sous les bourrasques venues du Pacifique, la construction de la base navale bat son plein sous haute protection policière. Choi Sung-hee est une militante pacifiste.

Choi Sung-hee : « Là, vous pouvez voir la barge qui va draguer le fond de la mer, et qui va finir de détruire tous les coraux protégés par l’Unesco. Vous voyez cette structure en béton ? C’est l’ossature qui servira à construire la future digue de la base. Ils ont commencé à employer aussi des ouvriers vietnamiens. Pourquoi ? Parce que la construction continue 24H/24.»

__

Le site pourra accueillir 20 navires de guerre et sous-marins à partir de 2015. Si le gouvernement affirme que la base servira à protéger ses lignes maritimes commerciales, les opposants soutiennent que des bâtiments de la marine américaine, et notamment un porte-avion, pourront l’utiliser.

Kang U-il, évêque de l’île, est venu exprimer sa colère en célébrant une messe devant l’entrée du chantier.

__

Kang U-il – évêque de Jeju :«Le port a été conçu pour accueillir un porte-avion que la marine sud-coréenne ne possède pas ! La base va provoquer d’importantes tensions entre la Chine, les Etats-Unis, le Japon et la Corée. Elle ne fait qu’aggraver les conflits. Il est de notre devoir de mettre fin à ce projet. »

La marine américaine a en effet décidé de concentrer davantage de forces dans le Pacifique, autour de la Chine. Or, la base de Jeju possède une position géostratégique idéale. Antoine Bondaz, de l’Asia Centre à Paris, est un expert en questions stratégiques en Asie du Nord-Est.

Antoine Bondaz : « Si on se réfère à la stratégie de pivot régionale de l’administration Obama qui devrait continuer avec sa réélection, on voit que cette base militaire a une position vraiment stratégique dans la mer de l’Est, notamment pour surveiller les mouvements des navires chinois. Donc, il est fort à parier que les Américains puissent s’en servir comme un poste de surveillance, mais aussi pour faire pression sur l’armée chinoise. »

Dans une Corée du Sud qui vit sous la menace permanente de l’ennemi nord-coréen, l’alliance militaire avec les Etats-Unis est considérée comme cruciale. Les opposants de l’île de Jeju ont donc peu de chance de gagner leur combat.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.