Un reportage de Chrystelle Barbier, à Lima, au Pérou

Alain Ducasse, grand chef cuisinier français :

Pour la première fois au Pérou, je suis séduit. Ce que j’ai vu, c’est tout ce que j’aime : l’attention à la biodiversité des espèces, l’attention aux paysans, à valoriser toute cette industrie qui permet aux chefs de s’exprimer.

Le grand chef français Alain Ducasse était l'invité d’honneur de Mistura, la foire gastronomique qui se tient jusqu’à dimanche à Lima. En six ans d’existence, cette foire est devenue l’un des événements majeurs sur le continent et le Pérou a été désigné l’année dernière meilleure destination culinaire de la planète.

Sur le stand de Mama Feli flambent des dizaines d’anticuchos d’alpaga. Des brochettes de cœurs que compte bien goûter Betty, une commerçante qui vient surtout à Mistura pour déguster de nouveaux plats :

Je viens pour essayer de nouvelles choses, pour le marché, pour le monde du chocolat. J’emmène mes filles pour la première fois.

Car les Péruviens viennent souvent en famille à Mistura. Accueillant des bars restaurants musées et spectacles, la foire gastronomique qui s’étend sur 14 hectares est devenue une véritable fête populaire, comme en témoigne Liliana Castro, une habituée de Mistura :

Je viens tous les ans, car c’est une foire, une fête, une joie de pouvoir voir tellement de coutumes et surtout pour manger !

Mistura est organisée par un groupe de chefs, entrepreneurs, producteurs, agronomes et autres amateurs de cuisine péruvienne réunis au sein d’Apega , une association dont nous parle son président, Bernardo Roca Rey :

Apega est l’association péruvienne de gastronomie, ce qui pourrait paraître quelque chose de très frivole, mais c’est tout le contraire. On propage l’esprit culturel de la gastronomie comme un trait d’union entre tous les Péruviens et on fait très attention à la sauvegarde de notre biodiversité, qui a permis au Pérou d’avoir cette merveilleuse gastronomie.

Une biodiversité que Mistura met à l’honneur à travers un grand marché regroupant plus de 400 petits producteurs de pommes de terre, café, ananas et autres. Des producteurs longtemps méprisés, qui repassent aujourd’hui au devant de la scène, grâce au boom gastronomique que vit le Pérou, comme s’en réjouit Mirva Aranda, une visiteuse de la foire originaire du centre du pays :__

Ce qu’il y a c’est qu’au Pérou, il y a beaucoup de discriminations. Contrairement à d’autres pays, ici les cultures locales et indigènes ont toujours été méprisées. Cependant grâce à quelque chose qui pourrait paraître aussi superficiel que la gastronomie, notre culture est de plus en plus revalorisée et aujourd’hui on est fiers de dire « oui, je viens des Andes ». Ce n’est plus quelque chose de méprisé mais de valorisé.

Valoriser ses produits, ses cultures : une politique d’inclusion sociale qui cherche à s’instaurer au Pérou, comme s’en félicite le grand chef français Alain Ducasse, invité d’honneur de ce Mistura 2013 :

La richesse d’un pays, ce n’est pas d’avoir un modèle de pensée unique, c’est de préserver chacun son identité dans ce monde globalisé, mondialisé, où tout doit se ressembler parce que quelques groupes l’ont décidé. Ce pays fait le contraire et j’espère qu’il résistera longtemps pour continuer à faire en sorte de préserver, chacun dans chaque région, son identité.

Une identité dont semblent fiers les Péruviens, en tout cas pendant Mistura. Cette année, les organisateurs attendent plus d’un demi million de visiteurs.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.