Un reportage de Marielle Vitureau, à Riga, en Lettonie

Ilmars Poikans :

J’ai découvert cette faille tout à fait par hasard, car je ne pouvais pas accéder aux données me concernant. J’ai pu obtenir les documents, sans avoir besoin d’authentification. __

La Lettonie entre dans l'union monétaire
La Lettonie entre dans l'union monétaire ©

Ilmars Poikans est le premier lanceur d’alerte du pays. Il y a 4 ans, il se faisait connaître sous le pseudo de Néo, en hommage au film Matrix et révélait des documents du fisc letton qui prouvait que certains dirigeants bénéficiaient de bonus et de primes en pleine période de récession, alors que la majorité des Lettons devaient se serrer la ceinture.

Mais celui qui a été désigné Européen de l’année en 2010, devra répondre devant la justice au mois d’avril prochain.

Quatre ans après ces révélations, l’informaticien Ilmars Poikans n’a pas changé grand-chose à sa vie quotidienne. Il travaille toujours comme chercheur à la faculté de mathématiques et collabore avec des start-up américaines. Entre novembre 2009 et février 2010, il a téléchargé plus de 7 millions de documents des serveurs du fisc letton, sans que ceux-ci ne s’en rendent compte. Quand il envoie ces documents à Ilze Nagla, une journaliste d’investigation de la télévision publique, elle n’hésite pas un instant à les diffuser.

Ilze Agla:

Ces informations prouvaient que pendant la crise, les compagnies et diverses institutions qui avaient annoncé avoir réduit les salaires, ne l’avaient pas fait pour tout le monde. Les personnes avec les postes les moins qualifiés ont connu des coupes importantes, alors que certains dirigeants ont même reçu des bonus. Cela a provoqué un tollé dans la société.

Quelques mois après ces révélations, le parlement décide rendre public les salaires mensuels de toute la fonction publique. Ilmars Poikans attend, lui, toujours son procès. Il doit répondre d’activité illégale concernant des données commerciales et privées. Une banque qui souhaite rester anonyme a porté plainte dans cette affaire, un an après son déclenchement. Un pas incompréhensible pour l’un des avocats de l’informaticien.

Avocat d'Ilmars Poikans: __

La banque pense que si son nom est révélé, les secrets bancaires le seront aussi et ils ne seront plus protégés. Mais nous parlons ici de 7 millions de documents téléchargés. Donc toutes les personnes qui payent des impôts en Lettonie sont concernées. C’est absurde de considérer qu’une seule banque est victime est absurde dans ce cas.

Dans un contexte difficile pour la presse, en particulier suite à la chute des revenus, cette affaire semble plutôt marquer une volonté de museler les lanceurs d’alerte et les journalistes d’investigation. Inga Springe, à la tête de Rebaltica, un site de journalisme d’investigation.

Inga Springe :

Je ne comprends pas les motivations de cette enquête. Neo n’a fait que découvrir une faille. La porte était ouverte, il ne l’a pas forcée. Les procureurs ne comprennent pas l’objectif des lanceurs d’alerte ou bien il existe un arrangement derrière tout ça. Et pourquoi le procureur en charge n’a pas voulu nous parler ? Pourquoi cette affaire doit-elle rester secrète ?

Le procès aura lieu en avril prochain et pourrait bien se tenir à huis-clos. L’informaticien risque au maximum 2 ans de prison. Mais la pression populaire pourrait jouer en sa faveur. Ce Robin des bois reste extrêmement apprécié et il ne regrette pas son geste, comme il nous l’a dit. Il s’agissait d’un acte citoyen.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.