Un reportage de Christine Dupré, à Prague, en République tchèque

Ondrej Rut, conseiller Vert du quartier de Zizkov :

Ce tunnel, c’est le symbole de l’absurdité des décisions de la ville de Prague en matière de développement urbain. Le symbole d’une absente totale de concept dans ce genre de questions

Tunnel Blanka, à Prague
Tunnel Blanka, à Prague © Honza Groh (Jagro)

Le tunnel dont parle Ondrej Rut se trouve à Prague et est baptisé Blanka. C'est un gigantesque tunnel interurbain construit par l’ancienne majorité conservatrice au conseil municipal pour fluidifier la circulation des voitures toujours plus nombreuses dans le centre-ville de la capitale tchèque, l’une des plus belles villes d'Europe.

Mais le nouveau maire élu printemps dernier soupçonne des irrégularités dans ce projet et refuse de payer la dette laissée par ce chantier titanesque. A Prague, autour de ce tunnel, c’est la politique des transports qui est à présent remise en question.

Les habitants de l'ouest de Prague vivaient depuis 5 ans dans le bruit de la construction de Blanka, un tunnel interurbain de 5,5 km. L'ancienne majorité conservatrice à l'Hôtel de Ville avait choisi cette solution pour désengorger le centre de la capitale d'une partie des 90.000 véhicules qui le traversent chaque jour. Mais aujourd'hui, les travaux sont arrêtés. Tomas Hudecek, nouveau jeune maire libéral, a dénoncé l'envolée des coûts du chantier (1,5 milliard d'euros) et le manque de transparence dans la signature de certains contrats. Le maire refuse de régler unes partie des dettes au constructeur Metrostav.

Jiri Nouza est un adjoint plutôt embarrassé :

« Il y a des problèmes liés à la technologie. Mais je ne dirais pas pour autant que la relation entre la ville de Prague et le constructeur n'a pas fonctionné. Il y a des points de détail juridiques, il y a beaucoup de problèmes juridiques très fins, très compliqués. Il nous faudra les résoudre d'une manière qui permette au moins aux deux parties de savoir sur quel pied danser. » Les Verts ont toujours été hostiles à ce projet de tunnel sorti des tiroirs des années 70. Un projet dévastateur pour l'environnement, à deux pas du Château et d'autres lieux historiques. Mais les opposants ne croient pas que Blanka puisse être abandonné. Ondrej Rut, conseiller Vert du quartier de Zizkov :

Le projet ne peut pas être annulé maintenant. On passerait des lustres à essayer de déterminer qui est en faute, qui doit être puni. Car tout le monde sait que la décision de construire n'a pas été prise par l'actuelle majorité municipale. Donc Blanka sera, Blanka entrera en activité. La seule bonne question est de savoir ce que nous voulons faire pour l'après-Blanka !

Depuis l'arrivée de Tomas Hudecek, géographe de formation, à l'Hôtel de Ville, les représentants de la société civile participent enfin au processus de décision.Vit Masare, de l'association Automat , est convaincu que les élus vont prendre leurs distances avec la politique très favorable à l'automobile, menée depuis vingt ans :

Il faut appliquer des mesures qui réduiraient l’intensité de la circulation automobile, notamment la circulation dans le centre historique de Prague. Il n’y a pas de raisons que l’on voie d’autres véhicules dans certains quartiers, que ceux des résidents.

Dans le courant du mois, un tribunal décidera de l'issue du conflit entre la Ville et le constructeur, Metrostav. Le coût exorbitant de Blanka devrait de toute manière sonner le glas d'autres projets de tunnels à Prague.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.